un conte comme un autre, et pourtant …

 

L’année dernière, une des filles de ma prof de sophro se mariait.

Une fois la petite cérémonie terminée, j’ai pensé : dommage, j’aurais pu lui donner mon conte qui parle de l’adoption.

Lorsque j’en ai parlé, la semaine suivante, la prof m’a demandé de le lui écrire. Vous savez ce que je pense de mon écriture d’un de mes contes : un dur labeur pour moi parce que je sais que je vais trahir quelque peu mes paroles, n’ayant pas la voix et les gestes.

Je sais, on peut conter sans aucun geste. Je connais un conteur complètement statique et pourtant par sa voix… il emmène si loin avec lui qu’on l’oublie complètement, lui et sa salopette.

Cette année, pour notre réunion de fin d’année, je lui ai dit : si tu veux, ce soir je te fais un cadeau.

Elle a tout de suite compris et demandé un peu de calme autour de la table. Une du bout a dit : elle n’a pas de micro, on n’entendra pas.

Heureusement que ce n’est plus un problème, quoique … je n’avais pas pensé à la suite.

En avançant dans le conte, j’ai vu son visage et celui de son époux changer. J’ai vu leurs yeux changer. J’ai vu les yeux se charger de larmes et j’ai vu les mains essuyer les larmes.

Là, j’ai senti ma voix baisser. Mon émotion était très grande. Trop grande.

Je me suis promis de ne pas recommencer ce genre d’exercice, si toutefois c’est un exercice.

C’est un conte qui fait partie de mon répertoire depuis un grand moment et que je donne facilement.

Une fois, je l’ai donné, avec intention, puisque je savais que dans la salle il y avait des parents accompagnés de leurs deux enfants adoptés. J’avais vu la réaction d’un des garçons sans ressentir cette incroyable émotion que j’ai suscitée début juillet. Pourtant l’aîné était venu se placer tout contre sa mère en écoutant.

Il m’est arrivé aussi d’entendre : qu’est-ce que ça m’a fait du bien. J’ai été adoptée et je n’ai jamais pensé à tout ce que mes parents ont traversé pour cela. Et je peux vous dire que ce n’était pas une jeune femme.

 

 

26 réflexions au sujet de « un conte comme un autre, et pourtant … »

    • J’ai commencé à en mettre par écrit. Et voilà, je m’arrête et je laisse tomber.
      Je crois qu’il va falloir que je m’y mette un jour, peut-être en hiver.
      Tu vois l’ennui lorsque c’est écrit, c’est difficile pour moi de conter ensuite.
      Je sais, je suis tordue mais je ne suis pas la seule à être comme ça !
      Bisous Renée

      • Tordue non et rassure toi si…t n’est de loin pas la seule.
        Ceci dit MILLES merci pour ta gentille carte reçue ce jour (vendredi 30 aout) J’espère que le ciel a fini de pleurer en tous cas chez nous chaud et grand soleil qui ne devrait durer puisque les orages sont annoncés dès ce soir. Encore merci et bisous doux weekend

    • Mais Colette, ton blog le mérite. Dommage que je ne sois pas plus à picorer sur les blogs des unes et des autres. J’aime tant avoir le nez au vent.
      Même si je ne conte plus énormément, il me sert beaucoup.
      Bon dimanche et gros bisous Colette.

  1. Ah, ces situations trop vives en émotion. Dur de prendre la parole en se sentant impliqué (par le texte dont on est l’auteur, ou par une situation de vie à laquelle on est particulièrement sensible). J’évite ce genre de situation, mais parfois on se sent assez forte pour l’aborder et crac ! Je me souviens de la petite marchande d’allumettes, j’étais incapable de raconter cette histoire à mes élèves (j’ai pourtant essayé, plusieurs fois !)

    • Non, ce n’est pas prendre la parole qui est compliqué c’est ensuite.
      Si tu as lu : une histoire de vie (je crois l’avoir nommé ainsi) c’est à la fin que j’ai bien cru ne plus pouvoir du tout. Pourtant, je l’avais travaillé pour pouvoir le donner devant un public.
      La petite marchande d’allumettes … elle devait drôlement te remuer.
      C’est vrai qu’il faut apprendre à prendre de la distance avec le conte que l’on aime, sinon …
      Crois-tu que tu pourrais maintenant ?
      Bon dimanche Carmen.

  2. Bonjour Pimprenelle,

    je ne eux imaginer ce que l’on vit et ressent dans une famille d’adoption. J’ai eu la grande chance de naître dans une famille aimante. Au fil des années où j’écoute et lis les autres, oui, je mesure mon immense chance
    Bisous

    • Tu as raison, c’est ainsi que l’on mesure le bonheur de naître dans une famille aimante.
      Je connais des enfants qui ont été adoptés et je peux dire qu’ils sont heureux. Pourtant pour certains, perce encore un manque de cette vie qu’ils auraient dû connaître, même lorsqu’ils vont dans leur pays d’origine.
      J’espère que tu m’as bien comprise.
      Bisous Martine

  3. Pimprenelle,

    Bien sûr que j’aimerais que tu me le contes..Mais comment pourrais je faire?
    J’ai adopté un de mes enfants il aura 30 ans en septembre.

    C’est tout ce que je puis te dire car l’emotion que tu as perçu je ne la connais pas mais je la ressens..

    Bisous

    EvaJoe

  4. Bonsoir EvaJoe,
    Simplement parce que tu es actrice et pas auditrice. Que tu la ressentes cela ne m’étonne pas et c’est juste la situation exposée qui te fait ressentir cela.
    Je trouve formidablement incroyable ce geste d’amour qu’est l’adoption.
    Je pense que cela laisse des traces chez les enfants et qu’il y a intérêt pour eux et les parents de beaucoup se parler. Encore plus si un enfant arrive ensuite.
    Merci pour ta confiance.
    Bonne nuit et gros bisous

  5. L’adoption est un acte d’amour… je suis tout à fait d’accord avec toi.
    Je pense que chaque enfant la vit à sa façon, en fonction de ce qu’il a vécu avant, de ce qu’il vit, des relations qu’il garde ou non de sa première famille… vivante ou pas.
    C’est vrai que j’aimerais aussi lire ton conte, ou mieux encore, l’écouter.
    Tu pourrais l’enregistrer…

    Bisous et douce soirée. merci pour le partage.

  6. Nous en parlions hier car au village où je vais chercher le lait, une famille a deux enfants adoptés et un petit frère arrivé à la suite. Il fallait voir les aînés autour du petit … Mais n’empêche que le vécu d’avant est là. Qu’ont-ils vécu avant ?
    Pour certains que j’aie connus, c’était la guerre, d’autre la misère avec la vuiolence, le vol …
    Alors oui, quel amour faut-il leur donner et surtout faut-il qu’ils l’acceptent.

    Mais non, il faudrait que quelqu’un m’enregistre lorsque je conte en public. Sinon, rien à faire, c’est comme si je le travaille et je m’arrête pour reprendre un mot qui irait peut-être mieux, qui expliquerait mieux. Tu vois, je suis une vraie plaie !
    Bonne soirée Quichottine
    Gros bisous

    • Bonjour

      C’est bizarre je n’ai pas reçu cette réponse, j’ai eu celle que tu donnes à Quichotine, un beug, mais pourtant ta réponse correspond, bizarre, rire. Oui enregistre toi et diffuse; Il existe les donneurs de voix mais je ne sais pas si un particulier peut y prétendre. C’est plus pour raconter les livres aux personnes mal voyantes ou aveugle.

      Bisous

  7. Ben zut alors. J’ai l’impression que mes réponses t’arrivent avec du retard ou pas du tout.
    Nous allons dans une maison de retraite où vit un Monsieur plus que mal voyant. Il se sert des livres oraux et je peux te dire que l’écoute il l’a !
    Donc, si tu peux, viens lire la réponse à Quichottine en rapport à l’enregistrement.
    Je vais finir par te mettre un mot en direct !
    Bisous EvaJoe

  8. Bonjour la miss, je n’ai pas pour l’heure de famille adoptante dans mon entourage, juste ma nièce en attente de… depuis x années, un enfant vietnamien ! Alors en attendant ce jour elle s’est mise famille d’accueil tout comme ma fille très récemment… Elles ont en charge chacune une fillette en bas âge, leurs parents n’étant pas capables de les élever ! Et il y en a ma foi ! Ah la vie est cruelle pour ces mômes, heureusement qu’ils peuvent se faire adopter ou recueillir momentanément ! Je t’embrasse conteuse, JB

  9. J’ai fait connaissance avec des familles de substitution à Noël, dur dur pour les personnes qui prennent en charge.
    Il y a des enfants abandonnés mais pas adoptables parce que pas de papiers d’abandon signés ! Un couple avait trois enfants comme cela (pas frères). Le jour où l’un des trois a commencé à travailler, son père biologique a demandé à le reprendre. Le gamin a dit non et même crûment ! Avec juste raison n’est-ce pas. Et même si cela a été dur pour le premier, ils s’en sont sortis tous les trois.
    Quel malheur pour certains enfants.
    Bises4 Jill

  10. C’est émouvant la réaction de ces personnes qui sont concernées par ce sujet. Je pense que tu es une très bonne conteuse aussi.Je connais des personnes qui ont adopté des enfants et c’est un grand bonheur pour eux.
    Tu n’as pas pu aller sur mon article « fantôme  » car je l’ai enlevé; c’était juste un essai pour mettre les photos dans le bons sens.
    Bise

    • Mais non puisque tu n’es pas concernée.
      Ce ne sont que les épreuves que subissent les adoptants. Pourtant, en fin de compte, je pense que les autres aussi, il leur faut tout. Parce que toi comme moi et toutes, il faut le courage, la patience, l’écoute …. Tiens énumère un peu. Je me suis arrêtée à sept, comme toute bonne conteuse, mais je suis certaine que j’aurais pu continuer !
      Bisous Passion.
      Je pars au jardin, il y a du boulot !

  11. Coucou Dame Pimprenelle !!! Sourire
    J’adore !!! Tu offres du Bonheur à ta façon de Toi…. Offrir des mots sur des maux est superbe cadeau !!! « Car tu combles des vides qui rongent quand on n’a pas les mots »… Merci d’être Toi pour Eux !!! Sourire Tendresse
    Tu as fortement éveillé ma douce curiosité au sujet de ce « conte » offert par deux fois… Clin d’oeil/Sourire
    Des tonnes de très tendres Bisoudoux Affectueux
    ***Tincky***

    • Non, il a été « donné » plus de deux fois, mais deux fois avec intention car je connaissais les personnes devant moi.
      Les contes … jamais de morale, faire passer beaucoup de la vie … du bon … du mauvais, ceux qui écoutent font leur tri ! Trouver début accrocheur et une bonne chute (pas toujours facile !).
      Dis donc Tincky, ça fait combien en bisous des tonnes ?
      Je t’en envoie « des vrais » ! comme je disais à mes fils.

Répondre à pimprenelle Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.