liseron

liseron

                Une fleur parmi les fleurs de mon jardin 

 

 

 Je suis la bête noire des jardiniers.

  

Ils me font la chasse et me traquent dans les moindres recoins.

 

Entre les légumes, ils me bînent, ils m’arrachent sans remarquer ma beauté.

Je suis fleur et pourtant, même dans leurs fleurs ils ne veulent pas me voir.

Il paraît que je suis étouffante.

  

Mais ils peuvent bien tout faire, même, pour certains, mettre du desherbant, je suis têtue et je repousserai.

  

Pourquoi aussi dire de moi que je suis la fleur du diable ? Bien sûr, mes racines plongent si profond qu’ils doivent penser que
je me nourris au centre de la terre, que peut-être je sens le souffre.

 

Pourtant,  je suis blanc aussi.

 

Et de ma blancheur, les enfants, eux, savaient faire de moi des couronnes de mariées et même, s’ils avaient la patience,
des voiles à attacher à la couronne.

8 réflexions au sujet de « liseron »

  1. Alors là c’est formidable. Je ne veux pas m’attribuer une telle téussite, mais je suis fier que tu ai suivi mes
    conseils. Quel prétencieux je suis. Continue dans la même veine.

    J’avais sur le mur en face un liseron blanc. Je voulais le photographier le trouvant joli. Je ne l’ai pas fait mais je vais réparer cet oubli. Bisous. Nicolas

    • Mais que crois-tu ? Tout contribue à nous faire avancer, reculer, avancer de nouveau.

      Merci pour les fleurs.

      J’avais un lien à mettre ou tout au moinns un écho à faire et j’ai oublié.

  2. J’aime bien ces petites fleurs qui s’invitent dans les allées pour donner un peu de joie au jardin, quelques touches de couleur totalement inutile, sauf au regard.

  3. J’aime les liserons… mais je ne suis pas jardinier !

    En tout cas, tu as raison, ils feraient une belle couronne de mariée.

     

    Bisous et belle soirée à toi.

     

  4. N’ayant pas ramené de mes vacances que de bons souvenirs (la paresse s’est glissée dans mes valises…) ,des liserons fleurissent dans l’allée depuis…trop longtemps!

    Forte de ce message du front de libération du liseron,je n’y toucherai point,promis juré! Voilà une décision qui m’arrange bien,moi que le courage semble avoir oublié tout l’été…

Les commentaires sont fermés.