le pissenlit

 

 Je remercie Antoine pour sa gentillesse. Il ouvre son album en grand et 
sait si bien le partager.

 

 

 

pissenlit 01

 

 

Ne cherchez pas je vais ne vais pas  vous parler de cette fleur quand elle met l’or dans les prés.

 

Pas plus que lorsqu’elle est en graines prêtes à s’envoler, si légères mais si tenaces si le moment n’est pas venu de
se re-semer.

 

Pissenlit

 

C’est Martine qui m’a laissé un commentaire qui a fait que … Chez moi tout est ainsi, les choses s’enchaînent, mais si je ne
les note pas tout de suite c’est le trou noir.

 

Donc, nous allons, quand même, parler de pissenlits.

 

Dans « mon » Ardenne, quand on parle pissenlits, soit c’est pour les fleurs et là on en fait de l’apéritif, soit c’est pour la
cuisine, et là ce sont les pieds qui deviennent intéressants, bien sûr.

 

Là on part dans LES recettes. Je me demande si chaque
cuisinière ou cuisinier n’a pas SA recette.

En tous cas, la recette varie d’un village à l’autre, c’est sûr.

 

C’est tellement vrai que je peux vous dire qu’il y a eu des frictions dans certains ménages à cause de « la salade aux
lards ».

Au début du mariage, lorsqu’arrivait le printemps et que la nouvelle mariée sacrifiait à la tradition, si jamais elle n’était
pas du même village que son époux, il y avait des mots.

 

La salade aux lards, c’est pas difficile, mais c’est long à préparer !

Il faut déjà aller les chercher les pissenlits, dans les pâtures et si possible dans les taupinières, là où ils sont bien
blancs.

Maintenant que je suis devenue plus paresseuse, je
les cueille au jardin, ils sont moins tendres, c’est tout.

 

Là, on part dans : chacun sa recette !

 

Les lards : maigre, gras, fumé,  salés (il en faut de chaque sorte, j’ai bien dit « aux » lards),  en petits ou
gros morceaux.

 

Les pommes de terre cuites vapeur, avec ou sans peau que l’on met coupées en rondelles, épaisses et entières ou à moitié
écrasées, ou écrasées !

 

 Il faut qu’elles prennent de la couleur ou non.

 

Les pissenlits, juste tombés en fin de cuisson ou bien mijotés.

 

Avec ou sans un filet de vinaigre.

 

Vous voyez, c’est tout simple, chacun ou chacune a le choix. 

 

 Tout ce que je peux vous dire, c’est que ça tient bien au corps
mais que c’est rudement bon. La preuve, ma moitié se régale.

 

Alors toutes ou tous à vos cocottes car c’est en cocotte que cela se prépare. La bonne vieille cocotte en fonte.

19 réflexions au sujet de « le pissenlit »

    • Mais bien sûr que tu es invitée. Et, tu sais, nos maîtres de stages ont toujours bien mangé. Lorsqu’ils savaient que nous venions ils disaient : les ardennaises arrivent il faudra
      travailler u maximum le matin !

      Bonne nuit Adamante et merci.

      Au fait, c’est vrai qu’Antoine est formidable de gentillesse.

  1. Bonsoir pimprenelle !  Enfant j’étais de corvée de pissenlits au printemps avant la fleur… Je surveillais le taureau d’un oeil au pré.  C’était en salade avec des oeufs mollets et des
    pommes de terre vapeur…  Maintennat je les achète à l’occasion car rare et cher le jaune de culture !  Au lard par chez vous… chaque cocotte sa cuisinière hein…. Merci
    !  Bizzz  

  2. Adamante s’invite … alors j’ose faire de même … lorsqu’il y en a pour trois … il y en a pour quatre…. j’en salive à l’avance.
    En tout cas merci pour ce partage gourmet et gourmand …. et merci également pour tes mots si sympathiques
    Amitiés Pimprenelle
    Antoine 

  3. A 6h55, lire de telles choses met en appétit pour le reste de la journée. J’aime à voir que tes articles s’enchaînent les uns après les autres. 

    Je refléchi. De quelle recette de champignons je pourrai parler. Dimanche dernier j’ai fait un poulet aux trompettes, c’était merveilleux.

  4. Tout à l’heure je n’étais pas réveillé car je m’aperçois que je n’ai pas signé.

    Je peux aussi ajouter que compte tenu de mon âge avancé, les pissenlits je les mangerai bientôt par la racine. Je te promets de t’adresserà ce moment là un commentaire avec la recette de l’étage
    du dessous.

    Bisous. Nicolas.

  5. Ma grand-mère maternelle allait aussi « aux pissenlits » pour en faire des salades (avec des oeufs durs si je me souviens bien). Mais ceux qui sont dans mon jardin me paraissent bien coriaces !

  6. A mon goût ce sera avec un trait de vinaigre…c’est indispensable!

    Et tu as oublié de dire que c’est encore meilleur le lendemain,réchauffé!

    J’en apporte toujours dans le Nord quand j’y vais,Nathalie adore ça! Elle s’en est même remplie,une nuit d’insomnie!

     

  7. Hummm ! cela a l’air bien  bon !!! et je comprends qu’avec toutes ces options, la relation belle-mère / belle-fille partait boiteuse. Maintenant les esprits sont apaisés et plus ouverts je
    pense non ? Bonne soirée.

  8. Heureuse de découvrir ton blog.. voulant répondre à ta gentille visite dans mon entrée chez les « croqueuses ». Merci pour ton commentaire .

    La salade aux lards… un délice ! Ma grand mère qui était de Revins nous a appris à connaitre ce plat si simple et délicieux… c’était il y a si longtemps ! Avec bonheur je fais cette recette
    pour moi seule.. c’est beaucoup plus simplifié.. 

    Dans la cocotte en fonte (!) je mets de l’échalotte dans un peu d’huile… de la purée en sachet..  un bon
    filet de vinaigre… et de la salade (je n’ai plus de pissenlits) et la frisée fait bien l’affaire… Et voici un repas peu couteux.. mais fort goûteux.

    Amitiés et belle journée à toi

Les commentaires sont fermés.