A l’abordage – Le défi N° 113

A-l-abordage-le-defi1

 

La coquille de noix des Croqueurs de Mots navigue toujours pour notre plus grand plaisir. A la barre pour la quinzaine du 9 décembre au 23 décembre 2013, Cetotomatix  … enfin … notre capitaine

« Par le bout du nez »

Laissez-vous mener … en partant d’ici : « le nez … »

Ecrivez la suite … sans vous enrhumer !

 

Allez savoir ce qui se passe, parfois, dans ma tête.

J’avais pris note, dans mon petit cahier, du thème demandé par Cetotomatix. Oui, mais voilà. Mes idées vagabondent tellement, tournicotent, se  croisent, s’emmêlent, que tout a pris forme dans ma petite tête depuis hier mais pas à partir de « par le bout du nez ». Non, c’était « le nez en l’air ».

Alors, maintenant, allez savoir ce qui va se tramer au fur et à mesure parce que c’est vrai, le nez en l’air je l’ai souvent, bien trop souvent. Cela me joue de sales tours .  

Alors, je pourrais bien m’être fait mener par le bout du nez.

Pas par mon époux, ça non. Je ne crois pas que je me serais laissée faire.

Alors me direz-vous, par qui ? Mais, par mes fils tout simplement et aussi par mes petits garçons. Ils ont une manière de me regarder … hum … je ne peux que fondre. Là, je sens que toutes les mères ayant des garçons vont abonder dans mon sens.

Mais pas que par qui.

Par quoi ? Par mes gènes qui me poussent, justement, à avoir le nez en l’air. Et quand on a le nez en l’air, on l’a aussi, souvent par terre. Mon père a essayé, par tous les moyens, et pas toujours les plus doux, de me faire prendre conscience que cela pouvait être grave. Mais … je crois qu’il a dû se rendre à l’évidence : il a échoué lamentablement. J’ai résisté !

Comment voir un ciel toujours particulier, spécial, pour moi,si vous n’avez pas le nez en l’air.

D’accord, j’ai écrasé des gâteaux contre une porte vitrée. D’accord, je me suis écrasée au sol, plus souvent qu’à mon tour. Il y a peut-être un petit lutin farceur qui marche à côté de moi.

Mais je dois l’avouer, le conte me mène par le bout du nez. J’ai beau dire et redire depuis … un grand temps, que j’arrête tout, rien à faire, je replonge à la moindre envie de travail d’une histoire qui me titille.

Mais j’aurais pu aussi, vous parler de mon nez qui m’a joué des tours pendant dix huit mois.

J’aurais pu vous dire aussi, que j’avais beaucoup de nez, enfin d’odorat,  mais que je n’en ai plus.

J’aurais pu aussi vous dire que j’ai du nez dans le choix de mes amies.

 

Voilà, mes idées sont en train de tournicoter, de se croiser, de s’emmêler, tout cela pour ne rien vous raconter. Simplement pour vous mener par le bout de votre nez.

 

16 réflexions au sujet de « A l’abordage – Le défi N° 113 »

  1. Florence – Testé pour vous
    Bonjour…J’ai de suite pensé « tu as le nez fin »…belle histoire de chûtes et de déboires, mais aussi d’humour et d’amour…bravo, vraiment bravo. J’ai lu ton dynamisme, ton envie de regarder, de découvrir et de vivre…encore très très bravo, et crois moi, garde le nez en l’air, ça te va bien, ça nous fait du bien..à très bientôt
    http://florence.apln-blog.fr/

    • J’ai un nouveau nez, un beau nez, comme me l’a dit notre maître de stage (non je n’ai pas fait faire de chirurgie esthétique). Je me demande si elle n’est pas de ta famille tant elle se tord, elle aussi, les neurones.
      Bises4 Jill

  2. Florence – Testé pour vous
    Bonjour…pour moi aussi il est trop tard pour changer..puis finalement, j’aime bien comment je suis..alors on m’aime..ou pas !
    Pour ma grand-mère, c’est un texte que j’ai aimé écrire..Je souriais, me rappelant les bons, les très bons moments que nous avons passé ensemble…alors finalement, je garde le bonheur d’avec ma grand-mère…le reste…
    Je te souhaite une très très bonne journée, à très bientôt

    • Mais c’est ce qu’il faut. Les bons souvenirs sont tellement importants. Ta grand-mère est toujours présente dans ta vie et c’est bien. Tu as bien fait d’écrire ce qui t’a fait souffrir et même certainement encore. Mais oui, garde là « vivante ».
      Bonne soirée Florence

    • Mais il me joue facilement des tours ce nez en l’air !
      Lecture au fil des aminautes qui me font voir que tu as écrit et c’est bien agréable.
      Bonne fin d’après-midi et des fêtes qui pointent leur nez, aussi douces que possible.

    • Je joue facilement les éclairs moi aussi.
      Toi, je comprends, tu es en plein boum, mais moi … je ne devrais plus rien faire !!!
      Bisous.
      Pourquoi ai-je l’air de ton blog dans la tête aujourd’hui ? mystère.

  3. oh quel dommage, la perte de l’odorat. Causée par les sinusites ou par les chutes sur la face … un risque pas nul quand on a le nez en l’air en effet.
    Quant au pifomètre pour choisir ses ami(e)s, je ne sais pas s’il est infaillible mais on n’a rien trouvé d’autre
    belle fin de semaine

    • L’odorat va et vient. Il me surprend toujours. Parfois je m’écrie, tout heureuse, de sentir des effluves agréables et pfuitt, plus rien.
      Les amies, j’en ai si peu, que ce serait dommage d’avoir mal choisi. Et tu as raison, il faut se laisser mener par le bout du nez pour le choix.
      Il faut que je pense à aller voir chez toi lundi. Quelle surprise nous as-tu préparée ?
      A bientôt et passe un beau dimanche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.