Défi N° 245 – Souvenirs souvenirs

 

Fanfan, capitaine de la coquille de noix pour la quinzaine nous demande une publication pour le lundi 8 février 2021

« Souvenirs, attention danger … » !

A partir d’une photo, ou d’un objet, d’une odeur, d’un lieu , racontez- nous en quelques lignes , un souvenir  bon, gai , ou triste, ou une anecdote de votre enfance, que cela a réveillé en vous .

 

Cette photo me ramène quelques soixante treize en arrière et me fait souvenir du bois de Vincennes et de la rigole en ciment qui drainait la pluie vers le ruisseau.

C’était à qui descendrait jusqu’au ras de l’eau assis dans la rigole.

J’avoue, sans fausse honte, que j’aimais beaucoup me lancer ce défi : ne pas me mouiller les pieds. Il fallait simplement freiner au bon moment avec le côté des pieds.

Aïe les chaussures !

Bien sûr que maman n’aimait pas trop. Les chaussure devaient être un gros trou dans le budget surtout si mon pied n’avait pas grandi et que donc, les chaussures n’avaient pas besoin d’être renouvelées. 

Ca ronchonnait beaucoup et pourtant … je profitais d’un instant d’inattention et hop … vite assise dans la rigole et je descends ! Parfois les pieds se mouillaient. Là, je ne pouvais pas nier.

La punition, si toutefois on peut la nommer ainsi : Un soir, je chahutais avec mon père. Je me suis retrouvée à quatre pattes. Papa m’a attrapée par le fond de ma culotte qui a lâché arrivée à la hauteur des épaules de papa et … plaf, je me suis écrasée à plat ventre sur le parquet.

Qu’est-ce que maman a crié. Après papa car j’aurais pu me faire très mal et après moi car c’était à cause de mes descentes dans la rigole que mon fond de culotte avait lâché.

39 réflexions au sujet de « Défi N° 245 – Souvenirs souvenirs »

  1. mais quelle est jolie cette petite fille 🙂 étais-tu un peu garçon manqué ? 🙂
    je reconnais que ça devait être rigolo ces glissades !
    un bien joli souvenir !
    bisous

    • Heureusement, c’était du plancher. Mais tu as bien fait de rire parce qu’avec papa c’était ça la vie à cette époque même s’il n’avait qu’à me regarder d’un drôle d’œil pour que tout rentre dans l’ordre.
      Bisous Martne

  2. tu avais une magnifique chevelure dis donc…..Par contre pas de bol avec ce fond de culotte rien qu’à imaginer je me marre, bien que ce ne soit pas drôle de tomber comme cela, et heureusement sans trop de mal…..Bisous douce semaine

    • Si tu savais combien je détestais mes cheveux par moments. Le matin, ils étaient emmêlés et maman ne prenait aucunes précautions avec la brosse et le peigne.
      La fin … bien sûr qu’elle est drôle et je revois la tête de papa tout penaud et maman qui criait.
      Bisous Renée

    • Il m’en est arrivé bien d’autres des chutes et même encore maintenant. Sauf que ce n’est plus papa qui en est cause.
      Tu as vu, hein. Du coup je me redresse !
      Comment vas-tu ? Je pense bien puisque tu écris et que certainement personne d’autre n’est malade.
      Bises Colette

      • Je vais bien. Nous n’avons pas eu d’autres éclosions. Nous nous dé-confinons petit à petit. Prudence est de mise. Nous pouvons descendre à nos bureaux. Nous pouvons aller dehors autour de la maison (c’est vaste). Nous prenons encore nos 3 repas à nos chambres et pour longtemps encore, je le crois bien.
        Bonne poursuite de ce jeudi !
        Bises♥

    • Je ne peux pas te dire. Pour lui, je crois qu’il fallait que je sois une « dure à cuire ». Cela n’empêche peut-être pas sa peur pour moi.
      Je n’entends que maman crier.
      Bises
      Pour le texte, il viendra bien un jour. Tu vois déjà le temps qu’il me faut pour lire les commentaires au défi ! Je sais bien que tu liras. Il y a déjà longtemps que nous avons fait connaissance.
      Bises Fanfan

  3. Ping : Défi 245, mené par Fanfan : Vos participations – le blog de la communauté des croqueurs de mots

  4. Quelle magnifique chevelure joliment arrangée avec ce nœud rouge .
    J’imagine en effet que ta maman ne devait pas être favorable à ces glissades , les belles chaussures blanches devaient bien vite être rappées . Bon je n’ai rien à dire j’avais une prédilection pour les arbres et cela ne les arrangeait pas non plus .
    Une sacrée chute quand même depuis les épaules, une peur partagée par vous trois qui marque la mémoire .
    Merci pour ce défi
    Bonne journée
    Bises

  5. un souvenir d’enfance et une scène de famille je crois que c’est arrivé à toutes les mamans d’avoir eu peur d’un accident grave suite à un jeu heureusement souvent les conséquences n’étaient pas trop importante
    j’ai toujours une cicatrice sur le front qui datent de mes 5 ans !
    bonne soirée

    • Il va falloir que je pose la question aux petites 6ème à savoir si elles grimpent aux arbres. Juste cela je me pose des questions.
      Non, la cicatrice, c’est plutôt sur le tibia ! Pourtant, il aurait été possible d’en voir un peu partout. Une chance maman n’a pas tout su !
      Qu’avais-tu fait pour avoir une cicatrice au front.
      Bonne soirée Josette

    • Je crois que nous, les filles, nous avons toutes frôlé un jour ou l’autre de notre enfance l’accident grave.
      Voyons Anne, il n’y a que les garçons qui jouent à la guerre, sauf nous !
      Bonne soirée à toi aussi.

  6. Garçon manqué ? la vitalité des gosses à qui on fait confiance plutôt on dirait. Quant à la chute à cause d’une petite culotte trop fragile … ça aurait pu se finir plus mal. merci d’avoir partagé ce souvenir et les sourires qu’il évoque

    • Merci Jeanne.
      Je crois que les parents d’enfants de mon âge faisaient plus confiance que maintenant. Ce qui n’empêchait pas que certaines filles étaient des « petites filles modèles » trs sages.

  7. Bonjour Pimprenelle,

    Puisque l’on sait que tu ne t’aies pas fait mal, on rit. Car la scène est comique. on imagine la tête de ton père avec ce reste de culotte à la main et toi le cul à l’air.
    je vois que tu étais aussi garçon manqué que moi. Pour ma part j’étais toujours fourré dans les arbres! Un vrai singe!
    Bisous de bonne semaine
    🙂

  8. Tu étais si jolie ! Je suppose que tu l’es encore, malgré les années passées.
    Merci pour ce souvenir.
    Nous sommes d’une génération où nous devions faire très attention à nos vêtements, à nos chaussures qui coûtaient toujours trop cher.
    Nous nous les passions dans la fratrie, en fonction des tailles atteintes. J’avoue que j’aurais préféré avoir de temps à autre des chaussures neuves, mais, comme toi, j’étais une rebelle et je les usais trop vite, alors, mieux valait qu’elles aient déjà servi aux autres. 🙂
    Gros bisous et douce journée.

  9. Et pourtant, tu vois, je n’avais pas de petit ou de grand. Fille unique jusque 12ans1/2. Ce n’est pas pour autant que la vie était facile pour les parents. J’ai eu très jeune les pelotes de laine en mains et appris à tailler dans les coupons achetés sur le marché. Mais qu’est-ce que c’était bien.
    Le vent pique fort encore aujourd’hui.
    Mais mon bisou sera tout doux.

  10. Bonjour Pimprenelle,

    je viens commenter ici puisque ailleurs certains sont fermés.
    J’ai bien aimé le poème de Verlaine sur les deux spectres. Vraiment du Verlaine?
    Et puis aussi les hiboux. Ils me plaisent bien aussi ces deux là.
    Bonne semaine à toi Pimprenelle
    🙂

  11. Ma mémoire étant très défaillante, je ne me souviens pas de ces articles.
    Je vais essayer de retrouver car tu m’intrigues. Si j’ai cité Verlaine, je pense que ce doit être cela. Ici, il est souvent à l’honneur. Nous nous en sommes même servi pour faire des liens avec les contes.
    Bonne journée Martine et la semaine aussi.

  12. Je viens de penser que je me suis trompée. Ce n’est pas Verlaine qui nous à servi à faire des liens mais Rimbaud. Le mélange des deux par ici.
    En tous cas, Verlaine a son musée pas loin de chez moi. Normal, c’est l’auberge où il a séjourné.
    Rimbaud lui aussi a son musée.
    Deux poètes à la vie mouvementée.
    Bon, je vais chercher quand même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.