ce lundi, suite.

 

 

 

Je vous avais lâchement abandonnés sans avoir terminé cette journée pourtant si bonne.

 

Après notre intervention au Pôle Scolaire, nous ne nous sommes pas attardées.

  

J’ai mis mon amie dans la voiture ! et je l’ai ramenée dare-dare, chez moi afin qu’elle puisse repartir car ce soir là, elle ne
pouvait pas m’accompagner étant priée de venir exercer sa voix à une ultime répétition de la chorale.

 

J’ai juste pris le temps de boire un grand verre, de faire mon petit pipi (les enfants sont écroulés de rire avec
une histoire qui en parle) de me couper un morceau de pain, au cas où … et j’ai filé. Non, j’exagère, j’ai embrassé mon époux avant.

 

Arrivée au lieu du rendez-vous, il n’y avait, bien entendu, pas de place pour garer ma voiture.

 

J’ai fait tout un tour en vain.

 

J’ai donc décidé à me garer où je pourrais et j’ai refait  toute la rue à pied.

 

Vous pensez bien, qu’étant à pied j’ai vu de la place pour la voiture. Et même une belle, bien longue, juste
en face
  du bâtiment où j’avais rendez-vous !

 

Du coup, je n’étais pas en avance et je n’aime pas cela.  

 

Quelques personnes étaient déjà  là et je n’ai pas voulu aller saluer  celles de ma connaissance
pour ne pas déranger.

 

Après deux/trois minutes, nous avons fait un tour de présentation et nous sommes entrés dans le vif du sujet
malgré l’absence de sept personnes qui sont arrivées bien après.

 

Je pense que vous vous demandez ce que je peux bien avoir à vous dire, c’est peu et c’est énorme :

 

Rassemblement des conteurs professionnels et amateurs de la région Champagne-Ardenne les 22 et 23
septembre à Reims.

 

Deux après-midi et une soirée de contes non stop.

 

Et une scène partagée : professionnels/amateurs.

 

Cela s’appellera Temps de Paroles.

 

Beaucoup de choses à dire, à définir, à réfléchir.

 

J’ai pris conscience de ce que m’avait dit, un jour, Adamante : le cercle des conteurs est fermé. On a même
l’impression qu’il est verrouillé région par région, à part la Bretagne !

 

Des Rencontres autour du Conte, nous en avons fait il y a déjà plusieurs années, mais sans réussir à réunir
suffisament de conteurs.

 

Nous nous retrouvions à quatre ou cinq régulièrement à l’instigation d’un directeur de centre
culturel. Les autres étaient invités mais …

 

Nous avons même eu une rencontre avec deux membres d’une association bretonne. 

 

Vous avez vu le nom que portera ce rassemblement : Temps de Paroles.

 

Cela prend, maintenant, pour moi, tout son sens. Peu de conteurs sont prêts à partager leur temps de
paroles.

 

Comme je ne conduis plus de nuit, je regardais le ciel et me demandais si je pourrais rester jusqu’au bout de
l’échange.

 

Le plus gros étant dit pour le moment, je suis allée dire bonjour/au revoir à mes deux
connaissances.

 

J’ai regretté de ne pas avoir de chauffeur car j’aurais pu rester et faire plus ample connaissance et échanger
d’une autre manière.

 

Dommage, mais ce qui est en cours est énorme alors j’espère que je pourrai rattrapper le temps perdu à une autre
rencontre.

 

C’était une semaine commencée de bien belle manière.

 

Et elle a continué !

 

Mais vous aurez la suite plus tard. 

 

 

 

6 réflexions au sujet de « ce lundi, suite. »

  1. Bonsoir pimprenelle !  Le gros soucis en voiture… c’est la voiture !  Tout le monde en a une et tout l’monde la sort et se gare à la même heure dirait-on…  La nuit très
    peu pour moi aussi, c’est plus d’attention encore que le jour !  Bref je vois que Temps de Paroles est en marche… et je te sens heureuse comme tout… Merci miss, passe un bon W-E de la
    fête des mères en France… Demain courses au matin et puis chez le fils aîné l’après-midi, il fait partie des festivités montoises du Doudou, Saint Georges terrassant le Dragon
    !  Ma belle-fille a insisté pour nous avoir à ses côtés avec les deux p’tiots !  Voilà… bonne nuit, bises de jill à plus…  

    • Mais vous allez passer un magnfique week-end !

      Raconte un peu les festivités montoises du doudou.

      Oui, je suis heureuse mais peut-être aussi un peu à me poser des questions sur les motivations profondes de chacun.

      Bises4 Jill

  2. Ils ne savent pas ce qu’ils manquent…

    « Partager », n’est-ce pas le but de ces échanges de tradition orale que sont les contes « racontés » ?

     

    J’aime quand tu racontes ces moments de vie qui sont aussi très importants.

     

    Douce et belle journée, Pimprenelle. Je t’embrasse.

Les commentaires sont fermés.