Archives

Lire et Faire Lire

 

 

logo lire

 

C’était, déjà, il y a deux jeudis.

Un temps épouvantable. Mon amie n’est pas venue avec moi car elle n’est pas très audacieuse si elle pense que la route peut changer pour notre sortie. Elle n’a pas eu vraiment tort car au retour les routes étaient glissantes. Notre référante l’a remplacée.

Surprise du jour : la chaudière était en panne. Comme le chauffage est fait en plusieurs morceaux, nous avons pu avoir des salles chauffées. 

Les enfants attendaient les vacances avec impatience. Ils n’ont même pas pu aller dans la cour ni sur le terrain de sport pour la récréation.

Les “Petite Section” demandent toujours un livre de OuiOui.

Mais ensuite ils aiment beaucoup le petit conte du Lutin Bleu. Il est Lutin tout court, normalement, mais, en clin d’oeil à Quichottine je l’ai appelé le Petit Lutin Bleu.

Je crois que cette toute petite histoire qui nous a servi d’exercice en conte pour tout petits leur plait car il y a de la gestuelle et du bruitage.

Mais que ce soit les “Petite Section” ou les plus grands, jusqu’au CP, je m’en sers parce qu’ils sont heureux de pouvoir le faire avec moi, comme certaines comptines d’ailleurs. 

Les petits le réclament dès l’entrée. Nous le faisons ensemble et ensuite ils s’amusent à le faire eux tout seuls. 

En grande Section, ils m’ont ajouté des petites choses que le Lutin doit faire. J’avoue que je me suis pliée de bonne grâce à ce désir, d’autant que si j’oublie, je les entends le dire et c’est le rire. Ils m’ont même transformé le Lutin en Géant. Mais je crois que le Lutin leur plait mieux car ils l’ont remis en scène.

Ce dernier jeudi,  j’ai eu un garçon de Grande Section qui a dit dès que je me suis assise : moi, j’ai envie de te faire un câlin.

Il est venu à côté de moi et m’a prise par le cou. Nous sommes restés ainsi jusqu’à la fin. Qu’est-ce qu’il avait l’air content “ma petite tête de cochon”.

 

 

 

Lire et Faire Lire

 

Quinze jours passent vite et je ne vous ai pas raconté les deux dernières séances de lecture au pôle scolaire.

Nous avons, maintenant, nos habitudes.

A notre arrivée, en début d’après-midi, nous sommes accueillies ,  depuis que le directeur est absent, par l’institutrice de maternelle. Je ne crois pas la vexer en lui donnant ce titre plutôt que celui de professeur des écoles.

Les enfants arrivent. Certains nous saluent, d’autres viennent faire la bise.

Mon amie part dans la salle qui lui est attribuée. Moi, un peu malheureusement, c’est la salle de détente et jeux.

J’arrange deux bancs et ma chaise, plus basse qu’une chaise normale, mais c’est bon. L’année dernière, j’emportais mon pouf, mais comme j’ai de plus en plus de mal à tenir assise correctement dessus, une chaise me convient mieux.

Il y aura trois jeudis demain, j’étais avec des “grande section”.

Un petit se tenait à côté de moi, un peu en retrait vers l’arrière et je sentais ses doigts dans mes cheveux. J’ai vu une petite bouille se pencher en avant et j’ai entendu : tu as des vieux cheveux, tu sais. J’ai éclaté de rire et j’ai répondu que mes cheveux sont comme moi. La réflexion pleine de bon sens ne s’est pas faite attendre : Alors tu es vieille ?

 

 

 

 

Lire et Faire Lire etc…

 

 

 

logo lire

 

Je vous avais dit que je donnerais des nouvelles de mes interventions. Je pensais surtout à celles qui ont
précédé.

Mais il y a toujours des contre temps et c’est très bien, pour moi.

Donc, hier, j’étais au Pôle Scolaire, bravant le froid et les routes pas toujours sympathiques. Il suffit d’une
petite plaque de verglas et hop ! Mais non, rien de grave, c’est juste le cul (de la voiture) qui a ripé et en “experte” vous pensez bien qu’elle s’est remise en ligne !

Cette semaine, j’ai demandé à l’institutrice de maternelle qui fait office de directrice pendant un stage de
monsieur le directeur, s’il m’était possible de prendre des photos des enfants, groupe par groupe, en lui expliquant que je n’arrive plus, comme avant, à mémoriser les visages et les prénoms qui
vont avec.

Permission accordée.

Les enfants à qui j’ai expliqué l’opération étaient ravis. Ils m’ont dit que pour cela, il faudrait que je les
regarde tous les jours !

Ravis … tous ? Non, dans la classe de CE1, un ne l’était pas et ne voulait pas paraître sur la
photo.

La discussion s’est engagée car je sentais qu’il y avait un petit truc qui ne collait pas. Ce n’est pas un
petit garçon timide. Et cela a donné quelque chose du genre :

– Je ne veux pas parce que je suis moche.

– Moche ? toi, j’ai pourtant l’impression que vous avez tous de belles petites bouilles.

– Non, je suis laid.

Il y tenait vraiment. La semaine dernière il m’avait pourtant semblé être bien dans ses baskets.

– Tu sais, j’étais comme toi. A ton âge je me trouvait moche, à 15 ans, n’en parlons pas. A vingt, je
connaissais mon mari qui lui me disait que j’étais jolie mais je ne le croyais pas. A trente, j’étais toujours aussi moche. Et puis, l’autre jour, j’étais dans les photos et me voyant jeune
maman, je me suis dit que, franchement, je n’étais pas si moche que cela, surtout en comparaison avec maintenant et mes rides et que je ne comprenais pas pourquoi je ne voulais pas être sur les
photos.

Les enfants ont tous ri et ont parlé de mes rides. Mais comme ils sont gentils ! Ils ne me trouvent pas
“tellement ridée” Non, non.

Mais lui, n’en démordait pas. Il était moche et c’est tout.

– Comment sais-tu que tu es moche.

– On me l’a dit.

J’ai tout de suite pensé aux copains.

– Qui te l’a dit.

– Mon frère.

– Ah bon, et il t’a dit qu’il te trouve moche ?

– Oui, parce que je suis comme un cochon.

– Pourquoi, tu es sale ?

– Non, il a dit que j’ai une tête de cochon.

Cela a été plus fort que moi, j’ai éclaté de rire et je lui ai expliqué ce que veut dire l’expression avoir une
tête de cochon.

Ouf, un petit garçon soulagé et souriant sur la photo, avec ses copains et ses copines.

Et tous ont plongé dans mon livre : “les drôles d’expressions” que je traîne depuis l’année dernière et qu’ils
aiment.


Lire et Faire Lire

logo lire

 

Il y a bien longtemps que j’ai arrêté de vous parler de notre activité au Pôle Scolaire.

Que de péripéties avant d’y retourner.

La coordination départementale avait décidé que ce serait après les petites vacances de novembre.

Lorsque nous sommes arrivées, toutes les deux, monsieur le Directeur était avec madame la maîtresse de maternelle dans
l’entrée. 

Tous deux ont fait une tête ! Nous mal à l’aise. Pensez, avant les grandes vacances, ils nous avaient dit qu’il n’y avait pas
de problème pour la prochaine année scolaire et là …

J’ai simplement dit : si vous ne voulez plus que nous venions, pas de problème, nous ne serons pas vexées.

Mais non ! C’était tout le contraire, ils nous attendaient depuis la rentrée de septembre et ne nous voyant pas venir, ils
avaient pensé que nous n’avions plus envie de continuer.

De plus, nous étions arrivées comme l’année d’avant, le lundi. Justement le lundi est jour piscine, cette année.

La semaine suivante, nous étions sur le pied de guerre le jeudi comme convenu !

Et voilà. Depuis, nous avons repris le chemin de l’école.

J’ai été très étonnée de voir à quel point les enfants nous attendaient. Cela fait chaud au coeur, vraiment.

Je vais essayer de vous faire un petit topo des séances. Pas chaque semaine, je me demande si je trouverai le
temps. De quoi écrire, certainement, car chaque fois, il y a matière à raconter.

Il n’y a pas que la lecture, il y a des échanges qui sont très enrichissants, pour moi. J’espère, pour eux
aussi.

Lire et Faire Lire (suite)

 

 

logo lire

 

 

Ce lundi était le dernier jour de l’année pour nous !

 

Une “grande” de CM2  m’a dit qu’elle est triste parce qu’elle entre en 6ème !

 

Nous avons engagé une petite, toute petite conversation. Je voulais savoir pourquoi. Je pensais que c’était par rapport aux
copains/copines. Mais surprise !
 

 

Elle ne va plus avoir son instituteur et elle ne me verra plus.

 

Avouez que c’est tellement gentil. Je ne m’attendais pas du tout à cela de sa part.

 

Comme Monsieur le Directeur est en stage, pour avoir le statut de directeur, nous ne l’avons pas vu avant de
partir.

 

Nous espérons simplement , les élèves en ont beaucoup parlé, pouvoir les retrouver l’année prochaine.

 

Il en est un, pour le faire tenir tranquille, il faudrait qu’il lise tout au long du temps passé ensemble. Il a du mal, mais il
aime. Difficile sans mettre les autres de côté, car eux aussi désirent lire.

 

Il va falloir que j’étudie le problème.

 

Tout au long de ce peu de séances, j’espère que nous leur avons apporté le plaisir des mots. Eux nous ont donné du
bonheur.

 

Ils ont été, sans le savoir, le grand sujet de nos conversations dans la voiture à l’allée et encore plus au retour de chaque
séance.