Archives

Apprentissage de l’observation

Il y a … longtemps déjà, mon fils aîné allait à la pêche avec son père ou son grand-père, ou les deux à la fois, si mon mari était en congés. C’était encore un tout petit garçon.

Lorsque le temps était beau c’était l’occasion de partir en famille avec le pique nique.

La grand-mère et la mère avec leur tricot surveillaient surtout si un plus petit s’était joint à cette journée au bord de l’eau. 

Mon fils trouvait souvent le moyen d’envoyer son fil dans les branches. Le grand-père et le père s’armaient de patience pour expliquer qu’il fallait choisir l’emplacement pour éviter ce genre de petits ennuis. 

Du coup, je servais souvent de démêloir de fil à pêche !

Il avait de la patience, mon fils,  mais il en apprenait encore une autre. Pourtant ce n’était que la pêche pour faire une friture.

Il était capable de rester longtemps à fixer le bouchon. Il apprenait la rivière et les rives.

Un jour, en toute fin d’après-midi, il est entré à la maison en criant : maman, monsieur M. est parti à la pêche.

Ce monsieur était notre vieux voisin, que nous avons connu à la ferme, son fils lui a succédé et maintenant son petit-fils.

Qu’est-ce qu’il est menteur ! Il a dit à madame M. qui était à la fenêtre : Cécile, prépare la poêle, je rentre dans vingt minutes avec le poisson.

Pendant vingt minutes, je l’ai entendu en parler et il le guettait le voisin !

Nous l’avons vu revenir avec sa canne et son casier à pêche.

Le fils s’est précipité pour demander à voir.

Monsieur M. a ouvert son casier et le fils a ouvert de grands yeux.

Une belle truite bougeait encore sa queue.

La question a fusé : comment tu le savais monsieur M. que tu reviendrais avec le poisson dans le temps que tu as donné ?

La réponse a été une leçon d’apprentissage de la pêche, une autre pêche.

Je suis allé à la rivière un jour vers cette même heure. J’ai vu la truite.

Je suis retourné toujours à la même heure pendant plusieurs jours et j’ai vu qu’elle chassait toujours pendant que je l’observais.

J’ai su alors que je pourrais la pêcher pour le dîner.