A la MARPA

 

Mercredi après-midi, nous contions à la MARPA, une résidence pour personnes âgées.

C’est toujours un agréable moment, pour eux, disent-ils et j’ajoute : pour nous.

Je suis souvent étonnée de les entendre lorsque nous prenons le goûter ensemble, après la racontée.

Le plus jeune, je pense, est mal voyant, très mal voyant, il dit qu’il voit vaguement des ombres. Il a une écoute incroyable.

Lorsque nous avions préparé notre programme avec mon amie, j’avais repris mes « copions » et donc, pour un conte, j’ai dit que je ne le raconterais pas car déjà donné. Mon amie me disait que non.

En arrivant ce mercredi après-midi, je demande donc à ce monsieur si oui ou non il avait entendu de ma part une histoire qui parle d’un cordonnier et il me dit non. Je pense que je peux vraiment me fier à lui. Ce conte sera pour la prochaine fois … peut-être. N’importe comment a-t-il ajouté, vous pouvez recommencer un conte de temps en temps, comme cela tout restera dans ma tête.

Pendant le goûter, à la même table que moi, ils étaient deux qui nous suivent depuis le début que nous allons dans cette résidence, c’est-à-dire six ans. Ce monsieur mal voyant et une dame de 87 ans.

Le monsieur mal voyant commence à me parler d’un de mes deux contes en me disant : vous pouvez revenir dessus, je n’ai pas bien compris la fin. Je me dis : là, il y a un problème. Donc, je reviens rapidement sans conter et je le sentais en attente. La dame de 87 ans elle aussi attendait. Il leur manquait quelque chose !

Normal, je n’ai pas terminé mon conte !

Enfin, quand je dis que je n’ai pas terminé mon conte … effectivement, sans y penser, je l’ai arrêté comme « avant ». Car, lorsque j’ai commencé à le raconter il y a … un grand moment, je terminais un peu de cette manière et personne n’en attendait plus.

Au bout de quelques années, je lui ai fait une autre fin et voilà que c’est elle que tous les deux attendaient !

Incroyable, non. 

S’ils n’en avaient pas parlé, je n’aurais jamais pensé que cela puisse manquer. 

En plus, je ne m’en étais même pas aperçue.

 

18 réflexions au sujet de « A la MARPA »

  1. Au bout de quelques années, la vieillesse a bien des maux, mais si elle garde un bon mental, elle n’est point oublieuse… et hop pimprenelle piégée, sourire… un bon moment, pour eux et pour toi 😉 Douce soirée la miss, bises4
    PS: Ta newsletter marche du tonnerre !!!!

    • La vieillesse commence à m’atteindre ! Mais quand je les vois, j’avoue qu’ils me donnent le moral (enfin pas tous quand même). Hier, pareil.
      C’est bon de se faire piéger ainsi.
      Bonne journée à vous deux ; en famille je suppose si pas libre de blog !
      Bises4 Jill

  2. tu prends autant de plaisir que tu en donnes 🙂 c’est vraiment formidable ce don de votre temps que vous faites . ça doit être une fenêtre qui s’ouvre vers l’extérieur ces contes et aussi vers l’imaginaire de toutes ces personnes.
    bises du soir

    • Hier, une vieille dame m’a dit : que c’était bon de pouvoir repartir un peu dans l’enfance !
      C’était le goûter de Noël avec les enfants des soignants.
      Oh que oui, je prends du plaisir.
      Bonne journée Eglantine.
      Tiens-toi au chaud. Nous avons eu la neige cette nuit.
      Bises

  3. Ne dit on pas que c’est le cordonnier le moins bien chaussé, ça tombait bien puisque tu racontais une histoire de cordonnier et ils n’ont rien manqué de ton histoire si ce n’est la fin hihi!!!
    C’est bien de continuer cette activité, c’est d’une grande richesse tant pour toi que pour les résidents du home .
    Bisous Pimprenelle.
    Pour la news c’est nickel, une seule chose m’inquiète c’est que j’en ai reçu une seconde qui ne ressemble à rien, je ne comprends pas pourquoi, je tiens ça à l’oeil 😉

    • Mais non, mais non Domi, cette histoire je ne l’ai pas racontée justement. Tu as lu trop vite !
      Pour eux, cela leur permet aussi de sortir du quotidien même si parfois, nos histoires ne sont pas gaies gaies.
      Ne t’inquiète pas, c’est encore moi qui ai fait un truc qu’il ne fallait pas faire. J’étais tellement inquiète (tiens moi aussi) de ne pas avoir à me servit de la news que j’y suis allée ! Je ne recommencerai plus, promis.
      Bon dimanche
      Bisous Domi
      Ma lettre n’a même pas été réfléchie, hier encore en racontée, je vais voir si je ne bouge pas de la journée !

    • Nous leur apportons déjà la présence de l’extérieur bien qui’ls ne soient pas oubliés par les familles mais la vie fait que les visites ne sont jamais asse rapprochées.
      Il y a notre arrivée, les poignées de mains, les bisous.Puis les contes. Puis le goûter et nous discutons beaucoup.
      Bonne soirée Alain

  4. Comme quoi ils ont meilleure mémoire que toi malgré leur âges! Bravo a eux deux…De plus c’est gratifiant car tu sais sûr qu’ils écoute et sont extrêmement attentif ça c’est beau pour un conteur. Bisous

  5. Tu es à leur écoute, et ils sont en attente… j’aime beaucoup ton récit et tes réflexions.
    C’est ainsi que l’on progresse.
    Bravo !
    Bisous et douce journée.

    • Je progresse depuis plus de vingt ans maintenant. Enfin j’espère que je progresse ! Non, pour une fois, je peux dire : je suis sûre.
      Le seul truc, je me suis aperçue que je passe un grand moment de fatigue.
      Bisous Quichottine.
      Que ta soirée soit belle.

      • J’espère que tu vas retrouver toute l’énergie nécessaire. Prends bien soin de toi Pimprenelle.
        je te souhaite de très belles fêtes de fin d’année. Bisous.

        • Le conte a été omniprésent depuis trois mois. Je sais que, lorsque je raconte, en rentrant il n’est pas question que j’aille me coucher mais aussi qu’il me pompe pas mal d’énergie. C’est très paradoxal en fin de compte.
          Merci Quichottine. Que les tiennes vous soient douces.

  6. quand je serai plus vieille, j’espère qu’il me restera autant de mémoire qu’à ces deux là 🙄 car quelquefois, j’ai l’impression que je perds déjà la boule!!!
    Tu es passionnée par le conte et tu donnes du plaisir à qui t’écoute… continue car, pour toi aussi, c’est un exercice de mémoire
    Plein de bisous

    • C’est ce que je me souhaite aussi ! 😀 Là, je peux te dire que tu n’es pas la seule. J’en était tellement malheureuse qu’un jour j’en ai parlé au toubib qui ne s’est pas moquée mais.. même si je continue à conter, parfois je me pose encore des questions ! (ça, c’est le reliquat « maman »).
      Bisous tout plein.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.