Maintenant on m’appelle Chipie (suite 2)

 

Coucou, c’est moi Chipie.

Ceux qui ont lu ma petite histoire me connaissent un petit peu, juste un petit peu. Si vous saviez comme ma jeune vie a été riche.

Après avoir vu ses pieds à Elle, j’ai eu tellement peur que j’aie voulu courir me réfugier sur ma table. Je tremblais, je n’avais plus de forces.

Elle m’a prise dans ses bras et posée sur la table. Ouf, j’étais sauvée !

Lui disait toujours : non, non pas maintenant, c’est trop tôt.

Deux ou trois jours plus tard, j’en ai vu arriver deux autres. Eux aussi voulaient me prendre dans leurs bras, mais je ne me suis pas laissé faire et je suis tombée.

Un était bien plus petit que l’autre et il voulait me faire courir. Il disait : viens, viens jouer.

Et encore un grand, plus grand avec une barbe.

Il a calmé le plus petit en lui expliquant que j’étais malade.

C’est quoi être malade pour Chipie ?

Et je me suis mise à tousser.

Le barbu a dit : tu vois c’est comme toi quand tu tousses, mais c’est plus grave.

Il m’a prise dans ses bras.

Qu’est-ce qu’ils ont tous à vouloir me prendre dans leurs bras.

Il s’est vite rendu compte que je ne voulais pas être dans des bras. Il m’a remise sur Ma Table, sur Mon Tapis.

Voilà autre chose, il s’est allongé lui aussi sur ma table, tout à côté de moi. Tout doucement, il a mis un bras de l’autre côté et m’a tirée. D’une main, il m’a soulevée et posée sur lui. Il croyait peut-être que j’allais me laisser faire, non, j’ai glissé sur la table et … vive mon tapis.

Mais il a recommencé et j’ai entendu, senti un truc. Ça faisait toc, toc, toc. Ça me berçait. C’était comme lorsque j’étais contre mon frère et avant, ma mère. Alors, je suis restée un moment.

 

C’était agréable mais bon, lorsqu’il a voulu se relever avec moi dans ses bras, j’ai dit non.

Je me suis sauvée dans un de mes trous préférés.

 

 

 

11 réflexions au sujet de « Maintenant on m’appelle Chipie (suite 2) »

    • Mais non, mais non. Chipie, même mal en point était farouche. Mais le lendemain …
      Tu vois Renée, je finis par arriver à écrire un peu. Ce n’est pas difficile, juste trouver le temps.
      Bonne soirée.
      Bisous

  1. Et voilà!!! Bonjour Frimousse…
    Tu as bien choisi la maison où des humains vont être à ton service et vont certainement te donner plus d’amour que tu pourras en accepter!
    Onsen te fait aussi un coucou: il te trouve très à son goût……. 😉
    Bisous Pimprenelle… je vais vite faire à manger …J’ai arrosé depuis 8 heures ce matin! heureusement notre puits foré est assez profond pour n’être pas à sec…
    Plein de bisous

    • Allons bon, Passion qui ne se met pas à la cuisine dès l’aube !!! Sûr que par ces temps, il est préférable d’arroser si on veut que cela pousse et encore ! Oui, je suis peut-être moins patiente qu’avant pour tout cela. Hier nous avons pu déjeuner sous le cerisier parce que sous le sophora … nous mangions les fleurs. Si nos n’avions pas été en famille nous aurions mangé à la maison.
      Oui, Chipie a fait de notre maison sa maison mais pas assez longtemps à notre goût.
      Tu vois Onsen, elle ne pourra même pas répondre à ton petit coucou si gentil.
      Je viens de rentrer car maintenant cela va être travail conte. J’en ai un sur le feu depuis quelques semaines mais comme je deviens assez paresseuse … Ca y est il se place.
      Je t’embrasse Passion.

  2. Bonjour Pimprenelle,

    Quelle adorable histoire. J’aime beaucoup cette idée de placer le chaton pour qu’il écoute le cœur. C’est très futé.
    Que de vie dans tes mots. J’aime beaucoup
    🙂

Répondre à jazzy57 Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.