Archive | mai 2020

Publication, juste pour Eglantine … et les autres !

Entre article et commentaires, nous avons échangé, toutes les deux, à propos d’Odette, une conteuse « qui a l’accent » !

Ayant poussé la curiosité un peu plus loin que l’écoute préconisée par Eglantine, j’ai vu : Kiki la cocotte.

Conteuse moi-même et toujours à l’écoute des autres conteurs vous pensez bien que je me suis laissée emporter par mon désir, surtout que Kiki … je l’utilise !

Cela fait partie des virelangues que je pratique régulièrement pour me la délier cette langue qui parfois peut fourcher.

Je fais faire ces exercices aux 6ème qui m’accompagnent pendant une heure chaque semaine (quand il n’y a pas de confinement).

Je m’en sers aussi assez souvent en fin de racontée.

Comme Eglantine me dit ne pas connaitre, je vous plonge dedans.

Amusez-vous à dire et redire encore et de plus en plus vite. Et surtout, amusez-vous à le faire dire.

Ce virelangue me semble facile, mais cela dépend de chacun(e). Nous avons toutes/tous un petit défaut de prononciation dont on ne se rend même pas compte.

Kiki la cocotte convoitait un caraco kaki à col de karakul

Coco le concasseur de cacao savait que Kiki la cocotte convoitait un caraco kaki à col de karakul

Mais Coco le concasseur de cacao préférait caracoler sur sa Kawasaki avec son cacatoès sur l’épaule.

Un grand brun aux yeux coquins sut conquérir le cœur de Kiki la cocotte en lui offrant un caraco kaki à col de karakul

Lorsque Coco le concasseur de cacao vit Kiki la cocotte arborer un caraco kaki à col de karakul il se dit

Coco mon Coco Coco t’es foutu

Coco mon Coco Coco t’es cocu

Il y a des centaines de virelangues et viroreilles dont il faut souvent chercher le sens et pas toujours vraiment le trouver, mais qu’importe c’est juste un exercice.

Je suis certaine que vous en connaissez depuis votre enfance. Souvenez vous des chaussettes de l’Archiduchesse.