Archive | 16 octobre 2019

Edur

 

Edur arrive un peu en retard dans la cour de récré. La faute au temps qui passe trop vite ! Mais si la maîtresse, madame Jill Bill, veut bien l’accepter, il sera heureux de partager ses petits plaisirs ou ses petits chagrins avec ses camarades.

 

Edur est dur de la feuille. Ce qui ne l’empêche pas de tendre l’oreille à certaine heure du jour.

Quand il entend la poule caqueter, il sait qu’il peut aller au poulailler et que l’œuf qui est arrivé sera dans son coquetier ce soir.

Il se régale déjà.

Pas besoin de faire un repas gastronomique pour se régaler.

Edur sait entendre l’oiseau arriver. Il aime l’entendre chanter.

Un jour, il a même entendu deux oiseaux pleurer.

Quand il en a parlé, on lui a dit qu’avec sa surdité il ne pouvait pas entendre ça et qu’il racontait n’importe quoi … des histoires à dormir debout ! Il était tout triste qu’on ne l’ait pas cru.

Pourtant Edur sait ce qu’il a vu. Derrière la haie, deux oiseaux se parlaient, se désolaient devant le petit corps de leur petit.

Il sait bien, lui, Edur, qu’ils pleuraient.

On peut être sourd mais avoir un cœur si grand qu’on entend même un tout petit bruit lorsqu’il vous remue les tripes.

Edur est juste un petit gars de la campagne qui sait aimer, voir et entendre ce qui le touche.

De toutes petites choses qui semblent tellement anodines.