Archive | 13 octobre 2019

La rentrée est faite, maintenant il y a la suite.

pour donner l’envie de lire aux enfants

 

Je vais essayer de vous décrire un peu l’ambiance autour de moi pendant cette heure qui devrait être une heure de récré dans la cour, après la cantine,  mais qui se retrouve être une heure de récré dans le CDI. Enfin, je pense que c’est un peu la récré.

Je dirai même que les quatre, car maintenant, il y a un garçon, sont peut-être plus à rire et échanger que dans la cour, tout au moins autrement.

Donc, comme j’avais dit, je devais avoir un garçon qui n’est pas venu.

Le mardi suivant, 13 heures, j’ai dis bonjour, j’ai pris les clefs et rempli le classeur des personnes « étrangères » au collège.

J’attends devant le CDI en pensant que les « filles » sont encore à la cantine.

Qui vois-je arriver ? Le garçon de l’année dernière, celui qui était arrivé en février.

Il venait me dire bonjour. Conversation engagée.

Comment se passe cette rentrée ? Un petit ça va, en réponse,  suivi de : je peux revenir ?

Arrive en courant et se léchant les doigts, la puce du groupe rapidement suivi par la deuxième qui, elle aussi se lèche les doigts. Il parait que la semoule était … hum …, je n’ai pas eu le mot !

Elles ont filé se laver les mains.

La troisième doit manger plus proprement ou s’était passé les mains à l’eau avant d’arriver. Elles ont regardé le garçon avec un point d’interrogation dans les yeux.

Incroyable, dans un si petit collège, les élèves ne se connaissent pas plus que ça.

Il a donc intégré le groupe.

Les filles sont de vraies chipies avec lui. Elles ne voulaient pas s’asseoir à ses côtés. Vous pensez bien que j’en ai fait une partie de rigolade. Mais c’est toujours aussi difficile. Et lui qui leur dit : ne vous affolez pas, je suis déjà en couple !

Vous pouvez imaginer l’ambiance !

Ce gamin est en 4ème et avait encore des difficultés avec la troisième personne du pluriel lorsqu’il est revenu vers moi. 

Je me suis battue l’année dernière avec cette troisième personne du pluriel, avec  tous.

Cela a l’air de venir maintenant. Je verrai cela en fin d’année.

Il parait que, maintenant, les enfants ne font plus de grammaire ! Il faudra que je vois cela avec une institutrice.

Une des filles est un vrai boisseau de puces ! Rien à faire pour la faire tenir en place et en plus … elle parle comme un moulinet !

Tous les quatre ont vraiment envie de lire avec moi. J’aimerais tellement qu’un jour ils arrivent avec un livre qu’ils auraient choisi et me disent : qu’est-ce que c’est bien, j’aime me mettre dans un coin pour lire tranquillement. Je rêve certainement pour le moment.

En attendant, c’est un pugilat linguiste pour lire. Bientôt, deux des filles vont finir par s’arracher le livre des mains pour lire. Il va falloir que j’instaure un temps pour chaque.

Dire que c’est moi qui devrais lire !