Archive | 4 avril 2019

Vieillir. Un écho.

 

 

 

C’était  lundi, je venais d’entendre Eglantine sur RTL via son blog.

Oui, comme je le lui ai dit « se regarder vieillir » doit être très difficile.

Je  crois que je suis comme elle : je n’ai pas de temps pour cela.

Même les douleurs me font avancer. Là, lorsque je dis cela, c’est au figuré car parfois c’est un peu plus difficile de mettre un pied devant l’autre. Que faire ? Se plaindre tout le temps ? Là on s’enferme dedans. Le dire, oui pourquoi pas.

J’ai trouvé un truc pour passer ces caps plus difficiles et c’est grâce à Adamante qui, un jour a parlé de Ci Cong. Comme cela n’existait pas ici, je suis partie sur la sophrologie et c’est incroyable comme on peut « oublier » ses douleurs. 

La nuit, je n’écris plus dans mes cahiers, je fais souvent de la sophrologie et de la méditation.

Si je continue à bavarder à ce sujet, vous ne saurez pas pourquoi j’ai dit à Eglantine : attends, il faut que je fasse tout de suite un petit article. Je me connais, si je dis je le fais demain, il restera dans le bout de mes doigts car ma tête n’y pensera plus … pas le temps.

Donc, courant janvier, je parlais avec ma belle-sœur de ma future opération de la cataracte pour mon œil gauche et de celle qui suivrait un mois après pour l’œil droit.

Sa réaction a été de me dire : si tu es comme moi, la première chose que tu vas voir en rentrant, ce sont tes rides. Et nous avons bien ri car elle n’est pas, elle non plus, à demander à son miroir si elle est la plus belle. De plus, elle n’en a vraiment pas beaucoup.

Bien sûr que j’en ai des rides car, en plus, je n’ai pas les joues rondes. Et puis, la vie avec ses joies, je ris facilement, et ses chagrins, j’ai beaucoup pleuré, marque un visage. Et alors, cela n’empêche pas de vivre et d’aimer.

Et il y a tant à aimer !

Lorsque je conte, je n’y pense absolument pas. Pourtant je suis devant le public.