C’était le dimanche 11 novembre.

 

Nous avions été demandées pour cette journée de commémoration dans un village voisin.

Mon amie avait une histoire de famille qui a été travaillée : la vie des femmes pendant cette guerre.

Lorsqu’elle a dit dans sa famille qu’elle allait la conter, son frère lui a dit : je me demande bien ce que tu vas pouvoir faire de ce que grand-mère nous disait.

Ces messieurs du conseil municipal nous avaient demandé de lire des lettres de poilus, en plus.

Avec chacune son livre, nous avons lu, sélectionné, gardé et travaillé. Les faire vivre ces poilus que ce soit dans les tranchées ou dans les taillis pour une pause. Faire vivre ces hommes jeunes qui souvent ne reviendraient pas.

La lettre d’un mutiné, censurée, bien sûr, gardée dans des archives et exhumée.

Nous avons passé plusieurs semaines sur ce  sujet poignant et comme je l’ai dit cet après-midi du 11 novembre 2018, aux soixante-dix personnes qui nous avaient écoutées, nous n’en sommes pas sorties indemnes, même si nous connaissions cette période, même si j’avais les carnets de guerre d’un de mes grands-pères.

Nous avons mêlé des poilus avec quelques gradés, mais aussi avec deux ou trois soldats allemands.

Et j’ai terminé par une lettre du capitaine Charles de Gaulle en captivité qui était très pessimiste sur cette paix qui n’en serait pas une. Et c’était une lettre du mois d’octobre 1918.

Et aussi avec une lettre d’une infirmière, en date du 24 décembre 1918, parlant d’un petit garçon qui avait ramassé une grenade  à la gare de Valenciennes, laquelle grenade avait explosé, tuant sa mère et sa sœur ; suivi par un petit mot le 25 décembre parlant du père qui venait les chercher joyeux à la gare.

 

Voir les larmes perler au bord des paupières hommes et femmes confondus, a été notre plus beau remerciement.

 

 

19 réflexions au sujet de « C’était le dimanche 11 novembre. »

  1. Bonsoir Pimprenelle… C’était l’occasion ce centenaire pour se faire… souvenirs de famille, lettres de poilus, pour ne pas oublier leur sacrifice car il en fut un, perdre sa jeunesse au front ! Bienheureux ceux qui ont pu sauver leur peau et rentrer dans leur foyer, mais à jamais marqués, c’est une expérience traumatisante, mon grand-père refusait d’en parler trop souvent quant à lui…. Merci, bonne soirée, bise4

  2. Bonjour Pimprenelle,

    Un récit très émouvant. Oui, certainement qu’il y avait beaucoup d’émotions à compulser tous ces témoignages, ces lettres, puis de lire face à ce public très réceptif.
    Merci pour ce partage
    Bisous

  3. Josette,

    Très prenant la soirée que tu as vécu, lire ces lettres, raconter toutes ces histoires vécues. Moi même j’en ai eu des frissons en lisant l’histoire de ce petit garçon qui ramasse la grenade qui explose tuant sa soeur et sa mère..Alors que le papa tout heureux vient à leur rencontre. Oui des larmes ont coulé de mes yeux.

    Merci pour nous l’avoir redit;

    PS : J’ai reçu ta news mais ce sont des dessins il y a le titre mais rien d’autre. J passe soit par mon lien soit par ton pseudo quand tu viens écrire ur mon blog.

    Bien amicalement

    Bisous d’EvaJoe

    • Je crois que c’est déjà bien si tu as le titre ! Tu sais bien pour avoir essayé de m’aider, que je suis un zéro pour tout cela. Je crois qu’en définitive, je ne fais pas trop d’efforts pour comprendre comment cela fonctionne. Un jour je me suis dit que je n’y arriverais jamais, et voilà.
      Oui, ce fut un “travail” passionnant et bouleversant.
      Merci EvaJoe.Bisous

  4. C’est magnifique d’avoir fait cela.J’imagine l’émotion toujours intacte à la lecture de ces témoignages directs sur cette guerre meurtrière.
    Bravo .
    PS je suis en effet en jupe rayée pour la danse.
    bONNE SEMAINE

  5. Les gens qui ont profané la tombe du soldat inconnu ce samedi, auraient du venir écouter vos histoires… peut-être auraient-ils su que certaines valeurs n’ont rien à voir avec un bidon d’essence…………..!
    Plein de bisous

    • Je ne sais pas trop si cela les auraient touchés.

      On en a parlé dans les écoles et ce depuis quatre ans. Des élèves ont participé à l’écriture de livres, de documentaires.
      On devrait mettre leur travail en valeur. Qu’il ne reste pas au sein d’un petit village.
      Et je ne sais même pas si cela servirait à certains !
      Bonne soirée Passion
      Bisous

  6. Coucou Pimprenelle,
    Désolée de mon retard pour régler ton problème de newsletters.
    Je fais ça maintenant, mais j’ai l’impression que tu fais une mauvaise manipulation. Là je vais t’en recréer une et pour ta prochaine publication je te propose de ne toucher à rien pour voir si elle part automatiquement. Si le problème persiste, préviens moi à chacune de tes publications je me chargerai de l’envoyer manuellement. Cela ne me dérange pas vu le nombre d’inscrits sur ma plateforme lol.
    Gros bisous.
    Domi.

    • Et moi qui me dis que je ne fais pas de manipulations !
      En tous cas, merci pour ton aide.
      Tu peux m’expliquer le petit canard, bien mignon d’ailleurs, dont je me sers pas ?
      Je pensais que tu avais du monde.
      Bisous Domi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.