Archive | 24 janvier 2018

Chance

 

 

 

 

Madame Jill Bill, la maîtresse, a demandé à Chance de se présenter à la cour de récré. Il a encore pris le mauvais chemin ce matin. Pas de chance, il arrive en retard.

 

 

Ses parents ne l’attendaient pas si tôt. Le prénom, ils n’y avaient pas pensé plus que ça. 

Quand il a poussé son premier cri, c’était un vendredi 13.

Ils avaient entendu dire que le vendredi 13 porte chance. Du coup, l’idée leur est venue : pourquoi ne pas le prénommer Chance. Aussitôt dit, aussitôt fait.

Pour eux, c’était vraiment un beau prénom. C’était sans penser aux autres. A ceux à qui cela ne plairait pas de savoir que ce petit pourrait avoir autant de chance que s’il en pleuvait.

Rapidement, Chance a entendu des paroles moqueuses. A l’école … n’en parlons pas !

Il ignorait que la chance passe pour tout le monde. Qu’il faut simplement savoir la saisir.

Aussi, allez savoir pourquoi, lorsqu’il avait un choix à faire, automatiquement, poussé par des raisons que lui seul connaissait, il faisait pencher la balance du mauvais côté.

Aussi, lorsqu’il s’est agi de choisir la femme de sa vie … il a pris son temps. Il a comparé, soupesé.

 Ses yeux ne pouvaient pas le tromper, celle-ci était vraiment la plus belle. C’est vrai que ses jambes étaient longues et fines. C’est vrai qu’elle avait un corps à faire damner un saint.

C’est vrai que la balance a penché fortement de ce côté. C’est vrai que c’est elle qui a remporté la bague.

L’autre était un peu trop fade à son goût. Elle n’était pas spécialement jolie. Elle ne pérorait pas. Elle n’était pas un faire-valoir, quoi.

Elle avait seulement un cœur gros comme ça.

Chance a, encore une fois, fait le mauvais choix !