Zorro

 

Oui, vous avez bien lu, je vais vous parler de Zorro. Pas le cavalier masqué, juste un chien !

Ce midi, nous avons évoqué ce chien de bateau tout cela à cause d’assiettes !

Un sacré chien Zorro. 

Il faisait partie de ces chiens jaunes d’Afrique si maigres là-bas.

Il s’était attaché, à un chef mécanicien, pendant une escale en Afrique.

Il l’a suivi à bord et y est resté.

Lorsque je suis arrivée sur les bateaux, les matelots et les ouvriers mécaniciens, les maîtres, les officiers et le commandant, le chef mécanicien et le radio avaient un carré (salle à manger) en rapport avec leur fonction.

Quand mon époux a pris sa retraite, la salle à manger était commune ! Cela n’a pas tellement plu à certains que ce soit au commandement ou aux ouvriers et matelots. Moi, je trouvais que c’était drôlement bien car nous pouvions nous côtoyer autrement.

Bref, Zorro lui n’a pas connu la salle à manger commune, son maître étant en retraite bien avant.

C’était un chien comme je n’en ai jamais connu.

Rapidement, il était devenu un gros, gros chien.

A chaque repas, il visitait chaque carré. Ce voyou connaissait tout le monde, et faisait le tour. Il savait bien qu’il y aurait toujours des morceaux de viande qui arriveraient jusqu’à sa gueule. J’ai connu des repas où la viande n’était franchement pas terrible. Zorro à ces moments là avait vite fait le tour et avalait pratiquement tous les morceaux de toutes les assiettes. Que ce soit steaks, saucisses ou même aussi morceaux en sauce. Nous nous sommes toujours demandé comment il faisait pour ne pas être malade.

Lorsque le chef débarquait pour les congés, Zorro restait à bord. C’était sa vie.

Lorsque le bateau arrivait à quai, Zorro était le premier à terre. Il n’attendait même pas que la coupée soit installée complètement. Là, il vivait une autre vie. Et si, par hasard, une petite chienne voyageait sur un autre bateau, il allait lui conter fleurette. Il est arrivé que nous le cherchions longuement avant de repartir et comme il était connu par tellement de marins on arrivait toujours à savoir où il se trouvait. Parfois, malgré tout, le navire est parti sans lui. Cela n’avait pas l’air de le traumatiser ! Aucune importance, il retrouvait le bord à une autre escale, dans un autre port. Il avait fait le bout de voyage sur un autre bateau, de la compagnie ou d’une autre compagnie.

Je vous le dis, il était incroyable !

Lorsque le chef est parti à la retraite, Zorro a mis son sac à terre. Il est devenu Breton.

Une catastrophe pour lui au début car madame chef n’a pas voulu lui acheter une vingtaine de steaks deux fois par jour ! Son boucher a eu beau lui faire de la belle petite viande, il a fait la grève de la faim et puis … il a mangé normalement.

 Il a pris sur le tard, une ligne de « jeune homme » et a vécu très longtemps.

Ce chien a eu la vie de marin que, quelque part, il avait choisie en suivant l’homme qui s’est occupé de lui.

Ils avaient un attachement profond, l’un envers l’autre. C’était formidable de les voir ensemble.

 

 

 

 

 

 

15 réflexions au sujet de « Zorro »

  1. Coucou pimprenelle… on dit de certains hommes quelle destinée… mais côté chien ce n’est pas mal non plus… pas le chien chien à sa mémère, un aventurier des mers… s’il avait pu écrire sa vie de bord, tenu un journal, il l’aurait vendu et se serait fait des attributs en or… Merci la miss, bonne soirée, bises4

    • Zut, j’ai annulé la réponse !
      Il aurait eu beaucoup à raconter, c’est certain. Il a connu pas mal de pays et heureusement pour lui, comme disait mon époux, il n’est pas arrivé au Danemark ou aux Etats Unis.
      Ah, les attributs en or !!!
      Bises4 Jill

  2. Une très belle rencontre. J’aime beaucoup ces attachements que la vie décide.
    Merci pour ce récit, Pimprenelle.
    Bisous et douce journée.

    • Il suffit parfois d’une rencontre pour nouer des liens solides.
      Nous avons eu de la pluie fin de nuit. Pas d’orage. Maintenant le ciel reste gris pour le moment.
      Et à Cergy ?
      Gros bisous Quichottine

      • Ici, aujourd’hui, le temps est instable… mais, finalement, je préfère ça à une trop grande chaleur. 🙂
        Gros bisous et douce journée Pimprenelle.

  3. Bonjour Pimprenelle , un vrai plaisir de découvrir ton joli récit sur la vie de Zorro ! Il devait être très attachant, j’aime ces chiens qui bien qu’ils aient un maître ou une famille, adoptent toutes les personnes autour d’eux . Un vrai petit marin 😀
    Je te souhaite un beau dimanche , Bisous Pimprenelle

  4. Cette histoire m’en rappelle une autre….
    Tiens si tu permets (j’anticipe un oui!) je vais te relier sur mon blog et écrire l’histoire de Chico qui par certains cotés………..
    Bisous Pimprenelle. Bon dimanche.

    • C’est fait, aussi, pour cela un blog. Faire remonter des souvenirs à partager.
      Je crois bien que j’ai une catégorie : à propos. Je n’ai pas dû m’en servir beaucoup puisque je ne publie presque plus.
      Bien sûr que tu peux 😀 et ce sera avec grand plaisir que j’irai te lire.
      Bonne journée. Nous avons « les grands » qui viennent aujourd’hui. Pour nous c’est la fête. Tu penses.
      Bisous Passion

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.