le conte dans ma vie. (une suite qui n’en est pas une)

 

ma-pimprenelle-qui-n-est-pas-blanche.1JPG

 

Trop souvent nous entendons : le conte, c’est pour les enfants.

Pourtant, souvent on nous parle des veillées chez le anciens. Mais on ne se souvient pas que les enfants écoutaient et entendaient les contes qui parlaient de la vie.

Peut-être parce qu’on ne se souvient, maintenant que des films de Walt Disney qui sont pour les enfants, n’est-ce pas, sans voir ce qui se cache dans ces films. 

Pas étonnant, la sœur de Cendrillon ne se retrouve pas avec un talon coupé pour pouvoir entrer son pied dans la pantoufle de vair comme dans le livre, ça ferait désordre, pour les adultes, de voir le sang couler.

Malgré tout, certains films de Walt Disney font pleurer, certains passages font peur aux enfants …

Lorsque j’ai lu ce conte (Cendrillon) au pôle scolaire, une petite de 11 ans était horrifiée, alors que le copain qui avait lu du Grimm se moquait d’elle. Je dis bien lu. Je n’ai pas conté. D’ailleurs il faudrait, peut-être que je mette du Grimm dans ma besace.

Avec d’autres contes, elle a touché du doigt la vie.

Je me souviens d’une soirée pendant laquelle la conteuse a emmenés ses  auditeurs dans des contes de Grimm tous plus horribles les uns que les autres. Pourtant, la bibliothèque, pendant cette soirée, a entendu beaucoup d’éclats de rires.

Nous en avons parlé tout le long du retour et, malgré le temps passé, nous en parlons encore.

Dire qu’à la fin d’une de nos soirées, nous avons entendu un sénateur nous dire : mesdames, c’était très bien. Les contes, étaient « gentillets ».

Il ne doit pas savoir écouter et entendre tout ce qui se dit dans un conte. Dommage qu’il ne puisse véhiculer que cette réflexion.

Il n’a pas entendu toute la violence cachée : la violence des hommes.

J’en donne un qui parle de racisme et qui fait tellement rire, qu’à un moment je ne voulais plus le raconter. Le rire arrive comme un soulagement. 

Même certains contes que je qualifie de « légers » parle de l’hypocrisie de la société.

Le conte est une leçon de vie. 

 

 

 

 

10 réflexions au sujet de « le conte dans ma vie. (une suite qui n’en est pas une) »

  1. Bonsoir,

    Je ne sais pas si tu connais Yannik Jaulin conteur professionnel lui aussi évoqué la violence dans les contes il dit que c’est un mal qui permet d’avancer.
    Mais c’est vrai que la première fois ou l’on m’avait raconté l’ogre et les 7 enfants dévires… J’en avais pas dormis de la nuit. Mon petit fils au même âge que moi m’a dit mais c’est de la blague les ogres n’existent pas… Que lui répondre à part tu ôtes tout le charme au conte… Je ne puis qu’être d’accord.
    Mais il y a tellement de contes qui faisaient toucher la détresse humaine comme un seul exemple la petite fille aux allumettes.
    Là aussi j’ai pleuré tant je m’imaginais à sa place…

    Certains contes sont d’une noirceur terrible mais si ça permet d’avancer et de comprendre au travers des contes que la vie n’est pas le monde des bisounours alors passons en par là

    Bonne soirée et bisous

    EvaJoe

    • Non, je ne connais pas, il y a pas mal de conteurs à rencontrer et écouter. J’avoue que maintenant, je bouge beaucoup moins pour aller écouter.
      Moi, je pleurais avec Djumbo, avec Bambi. Ah, la petite fille aux allumettes ! La petite sirène. Mais tous ces contes sont encore au programme des conteurs.
      Je me demande combien il y a de contes dans le monde.
      Vois-tu mes petits fils ne m’ont jamais dit cela. Bien sûr qu’ils savent que les ogres n’existent pas, mais …Ton petit, ne savait peut-être pas entrer dans le conte. Dommage. Se laisser emmener dans une histoire, c’est de la magie.
      Ce n’est pas une question de noirceur. Tu crois que la Belle et la Bête c’est quoi. Barbe Bleue. Et tant d’autres.
      Bonne soirée « écriveuse » de contes.

  2. Bonsoir pimprenelle, les contes pour enfants ne sont pas légers, ils sont souvent dramatiques, Petit Poucet, Barbe Bleue, Le petit Chaperon Rouge, Bambi qui perd sa maman etc… faire peur aux enfants, faire pleurer les enfants en voilà des idées, mais semblant de rien c’est qu’ils doivent aimer… alors ils apprécient leur monde à eux sans toutes ces « horreurs », je suppose ! Je n’ai pas eu de livres à la pelle gamine, je me souviens du Chaperon Rouge et de Robinson Crusoë, le pauvre homme aussi… merci, bises4

  3. Vois-tu, tu ne te trompe pas tellement. Un enfant aime avoir peur pendant une histoire car lorsqu’il l’écoute il est dans un environnement rassurant. Nous avons eu, pendant une période, des « mots » avec certaines mamans ou instits à cause de cela. Elles avaient peur que l’enfant fasse des cauchemars.
    Ils sont incroyables ces petits, dont j’ai été !
    Bises4 Jill

  4. Je suis tout à fait d’accord avec toi…
    Disney n’a pas mis dans ses films d’animation toute la violence des contes originaux, mais pourtant, lorsqu’on les regarde attentivement, tout est là malgré tout.
    C’est pour ça qu’il y a des passages qui font peur, d’autres qui font pleurer, comme dans la vraie vie.
    Certains textes sont qualifiés d’historiettes, et pourtant, en y regardant bien, ce n’est jamais aussi léger qu’on voudrait le penser.
    Merci pour tes réflexions du jour et ce partage de vie.
    Je t’embrasse. Passe une douce journée.

    • Et toc Quichottine. On voit que tu n’es pas sénateur 😉 Tu sais entendre ce qui se cache dans les histoires.
      C’est vrai que nous avions été un peu choquées par cette réflexion.
      Tu sais, certains contes sont tellement durs que j’aime les donner et voir le frémissement de certains ! C’est le moment où j’ai envie d’enfoncer le clou.
      Mais je me pose souvent des questions par rapport aux réactions : mon conte sur le racisme qui fait rire, je me dis que ce n’est quand même pas possible, il y a certainement des racistes que cela fait rire et cela m’interpelle..
      Comme j’ai froid à la maison, je vais aller retrouver ma carotte et ma tomate. Il faut que je retravaille cela pour le donner au festival à la ferme car cette année celle qui nous accueille fait aussi le maraîchage.
      Fais un bel après-midi Quichottine
      Bisous

  5. tu me fais voir les conte d’une différente manière, j’en ai lu enfants (jamais entendu) mais je n’ai à l’époque pas réaliser ce qu’il véhiculait et je n’en ai en fait jamais relu a faire sans doute. Bisous merci pour l’éclairage que tu me donne

    • Bonjour Renée,
      Si tu te souviens de ce que tu as lu fai remonter tes souvenirs. Tu verras ce qui t’en reste. Les enfants prennent toujours ce dont ils ont besoin dans un conte. Tout au moins au moment où ils l’entendent ou le lisent.
      Bisous

    • Il faut croire que j’attends toujours quelque chose de quelqu’un, fut-il sénateur.
      Je sais bien que j’ai de drôles d’idées mais je me dis que lorsqu’on arrive à cette place ON DOIT savoir écouter et entendre.
      Rires. Je suis en train de penser qu’avant de voter pour les uns ou les autres, on devrait les inviter à écouter des contes. Ensuite, on saurait mieux vers qui voter. Bof, mais non, après c’est trop difficile puisqu’il faut contenter tout le monde !
      Bon après-midi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.