Le conte dans ma vie (6)

ma-pimprenelle-qui-n-est-pas-blanche.1JPG

 

Ah mes amies et amis, quand je vous le disais que j’écris et que je garde. J’avais commencé ce récit il y a à peu près trois ans : le conte dans ma vie et cet article est le dernier de cette suite que j’ai écrite. Le problème pour vous, si vous n’avez pas lu le début, il faudra, peut-être retourner en arrière.

 

Le doigt, non, la voix était mise dans l’engrenage. Je ne savais pas que 17 ans plus tard je conterais encore en disant si souvent : j’arrête tout, tellement j’ai du mal à vivre avec ce trac pendant plusieurs jours avant une racontée.

Nous avions décidé de nous retrouver après cette veillée pour échanger nos ressentis. Ce qui a été fait en septembre 1996.

Nous avions laissé passer 3 mois pendant lesquels nous avions trouvé des lieux pour raconter. A commencer par une veillée organisée par une stagiaire, pour une “ruche” pendant les vacances. Cette veillée, elle l’avait proposée chez elle, dans son jardin.

En septembre, nous avions décidé de fonctionner “comme cela” pendant un an, après quoi nous prendrions une décision.

Nous avions pris tellement de plaisir pendant cette année qu’en Novembre 1997, l’Association Contes et Veillées était créée.

A ce moment là, nous n’étions déjà plus que huit conteuses, chacune ayant pu se rendre compte du travail, du temps passé, des kilomètres à parcourir, de l’exigence du conte.  Puis, tout doucement, les rangs se sont resserrés. Nous sommes maintenant trois conteuses “accro”.

Avec le conte, il faut toujours batailler pour pouvoir être présentes dans notre vie, c’est un peu comme le blog!

Lorsqu’il m’habite, il n’y en a que pour lui dans ma tête. Que ce soit de jour ou de nuit.

Il y en a qui rêvent ou écrivent pendant ces fameuses nuits où je me raconte une histoire qui, parfois, ne veut pas se mettre en place comme je le veux.

Cela peut demander très longtemps avant que je décide de le présenter devant un maître de stage pour avoir une oreille différente, une oreille “neuve”.

Entre nous, nous nous écoutons et entendons tant de fois qu’il nous faut beaucoup d’attention pour pouvoir dire : tiens, ici, j’ai décroché ; ou même : il faudrait peut-être que tu revois le passage, il ne sonne pas bien.

 

 

13 réflexions au sujet de « Le conte dans ma vie (6) »

  1. Bonsoir pimprenelle… Pas évident écrire un conte qui tienne la route et puis la raconter devant un public, jeune ou pas… alors admiration pour ton équipe !! Voilà… bonne nuit la miss, bises4

    • Non, je n’écris pas. Tout travaille uniquement dans la tête. Maintenant, j’essaye d’écrire les “vieux”, ceux qui ont été beaucoup donné, mais écrire l’oralité, cela m’est difficile et je trouve que le rendu est plat.
      Bon wekk-end à toi
      Bises4 Jill.

  2. tu vois je découvre cette passion qui est quand même très inhabituel merveilleuse et prenante. Mais si tu as crocher comme cela c’est que tu dois en avoir aussi l’instinct et en plus être bonne conteuse car ne l’est pas qui veut, je pense. Bisoussssssss

  3. Très curieux, comment tu racontes ta préparation à conter…!
    Sais-tu que tu as exactement les mots, les définitions que je pourrai employer en parlant des réunions culinaires!!! je suis exactement dans le même état d’esprit, plusieurs jours avant…. Tout est en prendre en compte et mes nuits se font encore plus courtes que d’habitude!!!
    Combien de fois ai-je dis que j’allais arrêter… et voilà 7 ans que je suis fidèle au poste sans jamais mettre au programme une recette déjà réalisée, une déco déjà vue…. bref! cette année je pense vraiment en finir, car il est de plus en plus compliqué de motiver les troupes au même moment…!
    Merci d’avoir donner les mots à mes questionnements
    Pour le blog, pour moi, c’est plus facile…
    parce que je suis “”seul maître à bord””
    Bisous

    • Je comprends très bien ce que tu veux dire.
      Lorsque tu dis : pour le blog, je pense que tu veux parler de tes petits plats mais peut-être aussi de te écrits.
      Mes écrits, si je ne les envoie pas tout de suite, tu vois ce que cela donne. Je n’ose pas, je range, parfois je reviens puis je re-range et ilo arrive enfin un moment où je me dis qu’il faudrait peut-être que …
      Je me demande, là, maintenant, si je ne suis pas devenue comme cela dans ma vie !
      Bon après-midi Passion

  4. Coucou Dame Pimprenelle !!! Sourire
    Juste un doux p’tit passage “rapidos”…… Clin d’oeil
    Hummmm c’est beau et laborieux d’être “une Passionnée” mais cela vaut de l’or !!! Alors continue encore et encore !!! Sourire Ravi
    J’aimerai vraiment t’entendre… un jour peut-être ?… Tu devrais nous enregistrer “une séance de contes” pour que l’on t’écoute “réellement”… whaouuu, ça serait bien !!! Sourire Espoir
    Bonne et très douce journée Dame Pimprenelle !!! Immense Sourire
    Mille très tendres Bisoudoux
    ***Tincky***

    • Mon époux nous a enregistrées à un repas contes.Je me demande si ce n’est pas la seule fois que nous avons été enregistrées toutes les trois. Mais le son ne serait certainement pas assez fort et en plus je ne saurais absolument pas faire.
      Je ris avec ton “cela vaut de l’or”. C’est très dur, pour les professionnels, d’en vivre ; il leur faut vraiment un deuxième revenu ! Surtout quand on sait le temps que demande une préparation toute simple (juste la voix).
      Nous rentrons d’une visite dans une ferme pour le Festival à la Ferme Sème la Culture. Non, je sais ce que tu veux dire.
      Merci d’exiter Tincky.
      Non, mais va savoir, un jour pas fait comme un autre. Un jour où nous serions La Ciotat …
      Gros bisous

    • Mon époux nous a enregistrées à un repas contes.Je me demande si ce n’est pas la seule fois que nous avons été enregistrées toutes les trois. Mais le son ne serait certainement pas assez fort et en plus je ne saurais absolument pas faire.
      Je ris avec ton “cela vaut de l’or”. C’est très dur, pour les professionnels, d’en vivre ; il leur faut vraiment un deuxième revenu ! Surtout quand on sait le temps que demande une préparation toute simple (juste la voix).
      Nous rentrons d’une visite dans une ferme pour le Festival à la Ferme Sème la Culture. Non, je sais ce que tu veux dire.
      Merci d’exister Tincky.
      Non, mais va savoir, un jour pas fait comme un autre. Un jour où nous serions La Ciotat …
      Gros bisous

  5. Oh vouiiiiiiiiiiiiii… Un jour où vous seriez à la Ciotat… Sourire Méga Espoir
    T’as vu ?!! Tellement envoutée par tes mots que je n’ai même pô écrit mon p’tit Coucou habituel !!! Tu m’as toute chamboulée m’enfin !!! Eclat de rire
    Je me souvenais de tes aléas photos “à éditer ici”… donc je rigolais déjà (je sais, vilaine que je suis… Rire) en te disant que tu devrais nous mettre “un enregistrement”… ici !!! Rire en cascade
    Bon allez, je file… malgré la fatigue, toujours deux ou trois corvées à faire……… Je te souhaite un très doux mercredi Dame Pimprenelle !!! Ah j’aurai bien aimé venir avec vous “au festival”!!! T’as pris des photos ??? Clin d’oeil
    Mille très tendres Bisoudoux Affectueux
    ***Tincky***

  6. Bonjour Tincky,
    Et voilà que tu te moques, affreuse !
    Mais non, le festival n’est pas encore passé, c’est le 17/18. Pour nous, le 17 septembre.
    Non, nous visitons les lieux pour voir comment s’installer, discuter un peu avec les propriétaires, etc… Nous serons dans une grange, donc demander si je prends l’halogène et la prise pour le courant. Et non, ils nous fournirons tout.
    Tu sais, lorsque je prends des photos, c’est l’autre conteuse que je prends. C’est pour cela que nous avons du mal à en avoir. Sinon, il faut demander.
    Allez, un peu de repos ma p’tite dame !
    Bisous Tincky

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.