Tout au fond de toi

 

 

Sur la proposition N°42 d’Adamante dans l’ Herbier de poésie.

 

 

Tout au fond de toi

Blotti

A l’écoute

Mes yeux étaient fermés

Pourtant je voyais des couleurs

Du gris

Du noir

Du rouge

Un jour

Je me suis senti glisser

Je n’ai pas eu le temps de voir des couleurs

Il me fallait faire tellement d’efforts

D’un seul coup

Tout est devenu lumineux

J’étais né

Un jour qui devait être bien gris

Dans ma jeune vie

Rappelle-toi

Je t’ai demandé si je pouvais retourner

Tout au fond de toi

C’est une chose vraiment impossible

As-tu dit

15 réflexions au sujet de « Tout au fond de toi »

  1. Une naissance comme on a pu la vivre. Avions nous envie de retourner dans le cocon, je ne sais pas.
    J’ai eu cette semaine deux naissances dans ma famille. Chez deux couples différents à eux deux ils ont eu le choix du roi.
    Bisous beau dimanche

    EvaJoe

  2. Bonsoir pimprenelle… Fallait-il être malheureuse pour poser telle question à sa maman… comme quoi la dépression n’est pas l’apanage des grands ! Sur ce bonne soirée à toi, zen, bises4

  3. La rivière ne remonte pas le courant, mais elle emporte avec elle le parfum de la source, le désir de retourner dans le grand Océan d’où naît toute chose.
    Un texte qui montre bien notre fragilité, merci pour lui. Amitiés, Pimprenelle.

  4. Le temps ne se remonte pas… et c’est bien dommage parfois.
    Ton poème est très beau, j’aime !
    Passe une douce journée Pimprenelle. Bisous.

  5. c’est étrange que je ne reçoivent cette news de billet alors qu’il est du 9 et que nous sommes le 17….et que je n’ai pas reçu les précédente je crois……joli la naissance fait mal aussi aux enfants. Bizzzzzz

        • Le collège a été plus difficile que le lycée ! Il a eu un prof d’allemand qui n’a jamais voulu comprendre qu’il ne prendrait jamais la parole de lui-même et qu’il fallait la lui donner. Alors, dur dur.
          Bises Marie

  6. Wouah! j’adore ce chemin qui nous ramène au refuge, là où seule la respiration de la mère fait vivre l’enfant….
    D’ailleurs, je dors toujours dans la position du fœtus, que je suis sans doute encore!!!!!!!!!!!!!!!! 😯
    Le collège a toujours été un passage difficile pour la majorité des enfants… sauf pour ceux qui s’y adonnent à leurs mauvais instincts
    Fifille en a aussi un très mauvais souvenir…
    Plein de bisous et merci d’écrire avec tes tripes quelquefois 😉 !

    • Je dors souvent comme ça aussi. Une façon aussi de moins ressentir le dos et la jambe.
      La cour de l’école communale qu’il a connue était juste grillagée. Le collège a des murs ! Tu vois la différence.
      Pourquoi ? tu trouves que je suis trop dans la retenue ou alors le style article de journal ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez ajouter des images à votre commentaire cliquez ici.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.