15 août

 

 

ma pimprenelle qui n'est pas blanche.1JPG

 

 Aujourd’hui 15 août. Assomption.

 Lorsque j’étais chez les grands parents de vacances, j’ai connu le 15 août, Fête des Moissons.

 C’était le petit plus.

 Cela voulait dire que les moissons étaient terminées, que l’on pouvait prendre du bon temps.

 Les tables étaient dressées dans la remise soit parce que le soleil était trop fort, soit parce que l’on craignait la pluie. (voilà, la pluie revient dans mes souvenirs).

 La  remise était coincée entre l’écurie et l’étable. Il fallait sortir tout ce qui l’encombrait dont une très vieille charrette que j’aimais beaucoup car elle avait une capote de cuir que l’on pouvait relever. Cela me faisait rêver et je partais en voyage. 

 Les femmes s’étaient activées à la cuisine depuis deux jours.

 Tout était mis en commun (tiens, comme nous le faisons, nous conteuses, lors des ateliers ou stages).

 Pour nous, les enfants, le travail consistait à mettre le couvert, à tirer le cidre et à surveiller Nénette, la chèvre qui,ce jour là, était enfermée à l’écurie.

 Il faut dire que Mémère se méfiait de Nénette comme de la peste. Elle avait le don de faire encore plus de bêtises que nous les enfants.

 Ce n’était pas les mêmes, c’est tout.

 Nénette était très joueuse et très gourmande.

 Lorsque la fin de la messe était sonnée, tous ceux qui avaient travaillé ensemble se retrouvaient. Je peux vous dire que l’assemblée était joyeuse.

 Un 15 août, tout était prêt, les grandes tartes aux fruits étaient au frais dans une des maisonnettes et nous, les enfants,nous attendions les grands qui se préparaient.

 Bien sûr qu’attendre sans rien faire … ce n’était pas notre fort. Nous avons été désobéissants. Nous avons ouvert la porte à Nénette pour pouvoir jouer avec elle et lorsque Mémère nous a appelés nous avons oublié Nénette.

 C’était chouette, nous n’étions pas obligés de rester constamment à table avec les grands  car il fallait aller chercher l’eau à la pompe et tirer du cidre. 

 Lorsque le moment du dessert est arrivé, les femmes sont venues avec nous et là, il y a eu de grands cris : Nénette avait mangé les fruits et croqué aussi un peu de croûte de chaque tarte.

 Normal, il fallait bien qu’elle goûte.

 Nous avons été privés de dessert ! 

 

 

 

 

 

 

8 réflexions au sujet de « 15 août »

  1. Bande de chenapans! Moi je me souviens d’un chat qui avait mangé tout le flan gâteau de riz que ma mère avait mis à refroidir sur un rebord de fenêtre!

    C’est marrant ton article car nous avons fini notre moisson hier après-midi! Mais aujourd’hui, point de ripailles, juste une catastrophe que je viens de te raconter par mail!

    • Pour les moissons, cette année c’était vraiment le gros problème. Chaque jour ou presque une petite pluie vers 11h ça coupe tout. Le principal c’est que c’est terminé.

      Oui, cela aurait pu être une catastrophe !

  2. Bonjour pimprenelle !  Une chève bien contente qu’on l’oublie, bien sûr de votre côté ce fut la punition…. Merci à toi, je te souhaite la bonne soirée, bises de jill

  3. Voui je l’ai revu chez notre fils aîné ou nous fêtions tous ensemble l’annif de son cousin Clovis…. un an !  Mon fils habite en pleine campagne, il a pour voisin un fermier !  Selon
    la direction du vent…. eh oui pas la rose !  On dit que c’est le bon air !  Bises4

  4. Je m’y croirait … eh oui! en ce temps là on savait profiter des bonnes choses … tout se perd !

    J’espère que tu vas bien et te souhaite un doux week end ensoleillé !

    Nicole

  5. Ton récit me rappelle de vieux souvenirs de près de soixante dix ans. Je n’ai jamais oublié ces moissons suivies du grain battu.

    J’en ai fait un récit pour mes petits enfants, car au départ ils avaient du mal à croire ce que je leur racontais.

    Bons rêves et bisous.

  6. Sacrée Nenette!Cela te fait de bons souvenirs de vacances ! Dans mon village, c’est la fête  et grande réunion de famille . Bises

  7. Gifs mémé

    Je suis une fille de la campagne … c’est ma chère mémère Violette (dont j’ai décidé de porter le prénom) qui m’a pratiquement élévée .

    Au fin fond de la campagne Franc-Comtoise dans une petite maison sans eau ni électricité . Mais que de bons souvenirs . 

    Tu as laissé un com sur mon blog OB qui ne tourne plus beaucoup .

Les commentaires sont fermés.