Archive | janvier 2011

Quichottine

 

 

Quichottine est fébrile.

 

Elle attend avec impatience le petit mot de chacun, chacune qui lui dira : ça y est, je l’ai reçu.

 

Je l’ai déballé, regardé, touché. Maintenant je vais m’installer et le lire.

 

En attendant, le Lutin Bleu n’a qu’à bien se tenir tranquillement et ne pas sautiller autour d’elle comme une puce, sinon, il
risque d’être grondé.

 

Mettez-vous à la place de Quichottine avec toutes ces épreuves qu’elle vient de subir.

 

Voilà Quichottine, le 8 décembre,  j’avais préparé et l’article est resté en suspens.

 

Mais qu’importe depuis, tu le sais que nous avons tous reçu le livre « La Boîte à Rêves ».

 

La preuve :

 

  111222 Reves 2

 

 

 

Et quoi de plus beau qu’un peu de rêve pour un enfant.

 

C’est la plus belle récompense que je pouvais espérer recevoir. Et c’est à toi que je la dois.

 

 

Angèle

 

 

C’est le prénom que J.B. nous a demandé pour la cour de récré.

 

 

 

Angèle et Ange n’auraient peut-être jamais dû se rencontrer. Oui, mais voilà, la vie vous joue de ces tours parfois.

 

Ils se sont rencontrés, connus, aimés et unis.

 

Mais c’était normal, ils avaient tous les deux un coeur gros comme ça. Un coeur à faire rosir Madame la Lune de plaisir.

 

Je ne vais pas vous dire que dans ce couple tout était parfait. Eh non, il leur arrivait de ne pas être d’accord. Alors ils
discutaient.

 

Angèle était la plus têtue et souvent Ange, pour lui faire plaisir, mais aussi pour avoir la paix, cédait.

 

Angéle et Ange vivaient dans une petite ferme avec tous les animaux que l’on peut trouver dans une ferme. Ah non, il n’y avait
plus de cheval. Il avait bien fallu le vendre pour acheter le tracteur et ce fut un crève-coeur pour eux.

 

Angèle et Ange un jour avaient été émus par le sort des poules de réforme. Vous savez, ces poules pondeuses qui vivaient en cage
pour donner le plus possible d’oeufs. Leur vie était très courte et lorsqu’elles arrivaient au bout, elles étaient tellement maigres qu’elles finissaient en aliments pour … les autres animaux,
elles aussi (c’était avant la vache folle !).

 

Donc, Angèle et Ange avaient acheté de ces poules pour essayer de leur donner une deuxième vie.

 

Les belles habituées des lieux  regardaient de haut les nouvelles si abîmées, si maigres, si timides et si elles
osaient s’aventurer, s’approcher d’un peu trop près pour  picorer, tout de suite c’était l’empoignade.

Les plumes volaient et les malheureuses se retrouvaient dépouillées du peu qu’elles avaient encore.

 

Il a fallu les retirer, vite fait, du poulailler.

 

Angèle a écrasé les céréales pour les aider à mieux se nourrir.

 

Quelque temps après, elles avaient repris des rondeurs, les plumes étaient bien brillantes.

 

Elles se sont retrouvées au poulailler, au milieu des autres. Là, elles ont su se faire respecter sans méchanceté.

 

Un veau est né. La vache est morte. Angèle et Ange l’ont remplacée. Ils étaient devenus père et mère.

 

Le veau les suivait partout dans la ferme.

 

Le veau a grossi. Il est devenu petit taureau. Il était toujours auprès d’eux.

 

Mais un jour, Ange a flatté la croupe d’une génisse et le petit taureau a été jaloux. Il a renversé Ange qui s’est retrouvé dans
le plâtre.

 

Oui, Angèle et Ange étaient devenus père et mère d’un veau mais chez eux pas de babillage d’enfant. Alors, ils ont décidé de
devenir famille d’accueil.

 

Ils ont eu un petit garçon de sept ans. En sept ans, il avait déjà fait cinq familles.

 

Comme cela a été dur. Tellement dur qu’Angèle a fini par craquer. Il a fallu toute la persuasion d’Ange pour qu’elle veuille
bien tenir encore un mois. Le petit avait dû sentir le vent tourner, il est devenu plus calme et ils l’ont gardé.

 

Alors Angèle et Ange se sont dit qu’un petit de plus à rendre heureux ne serait pas de trop.

 

Et un troisième a complété la famille.

 

Une vraie famille, avec les rires mais aussi les disputes et les larmes, les bêtises à réprimander.

 

Les garçons sont devenus des hommes.

 

  Ils
ont, à nouveau, entendu le babillage d’un bébé,  puis d’un autre.

 

A nouveau, il y a eu les rires, les disputes eyt les larmes et les bêtises à réprimander.

 

Angèle et Ange sont devenus des grands-parents comblés.

 

 

T’OFFRIR DES MOTS

111031 Couverture Boite a reves PF

 

 

 
T’offrir mes mots , à
toi qui m’a tant offert en me laissant une page de ce livre.

 

Je n’aurais jamais pensé, un jour, publier quoique ce soit dans un « vrai livre ».

 

Tu m’as donné ce plaisir.

 

J’ai trimé, tiré la langue, ragé de ne pas arriver à ce que je voulais.

 

J’ai passé deux jours avec cette boîte à rêves qui ne voulait pas se laisser colorier. Normal, je ne savais pas comment faire.
Le résultat n’a pas été ce que j’espérais, mais, vaincue pas mes yeux, je me suis dit que pour une première fois ce n’était peut-être pas si mal.

 

Et tu as accepté  les mots et le coloriage.

 

J’étais heureuse comme lorsque j’ai réussi l’examen d’entrée en 6ème.

 

Tu vois j’étais redevenue une petite fille vraiment.

 

Ce livre, j’en connaissais toute la portée. Je savais qu’il fallait qu’il soit beau.

 

Lorsque je l’ai reçu (excuse-moi, je n’ai pas encore réussi à aller jusqu’à ma page, je lis et relis, un par un les textes,
j’admire les images), je l’ai touché, admiré. Il est vraiment beau.

 

Sa beauté ne tiendrait-elle pas à tout ce que tu as transpiré pour qu’il arrive jusqu’à nous, depuis la collecte de tous ces
textes imagés, la mise en page, jusqu’à la fin des envois postaux.

 

A tout ce que nous avons eu envie, tous et toutes, de faire passer comme élan du coeur.

 

Alors MERCI Quichottine, et que ton Noël soit rempli de bonheur.

 

Bisous étoilés.

Eulalie

Eulalie, le prénom proposé par Jill Bill pour la cour de récré.

 

Eulalie

a bu le calice

de sa vie

jusqu’à la lie

son mari

l’a quittée pour une rousse

à la belle frimousse

son chien l’a suivi

Eulalie

dans la bibine est partie

Eulalie

s’est mise au blanc

c’était son régime

le jour où elle s’est fait

ramasser sur un bac

par la rousse

elle a compris

fini la déprime

que faire d’un mari volage

et d’un chien du même acabit

Eulalie

a repris sa vie

d’avant

en main

fini

le petit blanc

demain

elle prend un amant

défi N° 70

cathedrale-reims.jpg

 

 

 

Le défi proposé par Lilie me pose un problème.

 

Vous parler d’illuminations ? A quelques jours de Noël ?

 

La semaine dernière, j’ai vu une jeune femme prendre une vitrine de magasin en photos.

 

Ce n’était pas une employée,  juste une passante qui trouvait le décor très beau.

 

Pourtant, la vitrine n’était pas illuminée.

 

 Simplement un morceau de banquise avec des ours blancs animés, dont des peluches pour enfants mais blanches elles
aussi.

  

Pas de grande fantaisie. Pas d’illuminations à tout va. Une lumière douce qui mettait en valeur ces ours.

 

J’ai regretté, ce jour là, de ne pas avoir l’appareil photos dans le sac.

 

La cathédrale, illuminée elle, se reflétait dans la vitrine.

 

Des ours blancs sur une banquise et une cathédrale.  Magie ?

 

En tous cas, j’ai rêvé.